Mohamed Djemiai a été élu, mardi, nouveau secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN). C’est à l’issue d’une session extraordinaire du Comité central du parti, tenue au Centre international des conférences (CIC), qu’il est sorti vainqueur d’une élection très houleuse. En effet, Djemiai a obtenu 223 voix, suivi de Djamel Benhamouda (126), Saïd Bouhadja (35) et Mustapha Maâzouzi (18). Le nombre de votants était de 418. Il faut dire que les travaux du Comité central avaient peine à démarrer.
En effet, des oppositions ont émergé de certains membres du Comité central concernant la procédure du vote. Des oppositions se sont également exprimées par rapport aux candidats en lice, dont certains ne remplissaient pas les conditions de candidature. Et chaque fois, il était question de suspensions de séance qui ont eu pour conséquences de retarder les travaux. Onze candidats étaient en lice, dont les plus en vue sont représentés essentiellement par Kharchi Ahmed, Djamel Benhamouda, Ali Seddiki, Mohamed Djellab, Saïd Bouhadja, Mustapha Maâzouzi, Abdelhamid Si Afif, Saïd Bedaïda, Mohamed Djemiai, Aboul-Fadl Badji, Hocine Khaldoun et Fouad Sebouta. A 17 heures, l’ensemble des candidats se sont retirés laissant place à quatre seulement, Djemiai, Djamel Benhamouda, Saïd Bouhadja et Mustapha Maâzouzi. «Les jeux sont fait et on sent des alliances qui sont en notre défaveur», ont soutenu des candidats qui ont préféré se retirer. Ce n’est qu’à 18h30 que le dépouillement a été finalisé, annonçant Djemiai, secrétaire général du parti.
Pour rappel, le nouveau patron du FLN a été élu plusieurs fois député à l’Assemblée populaire nationale (APN) pour la wilaya de Tébessa depuis 2002. Il a occupé le poste de vice-président de l’APN à trois reprises et a été également président du groupe parlementaire du FLN à la Chambre basse du Parlement.
Djemiai : « Celui qui m’accuse, apporte des preuves»
Mohamed Djemiai a animé, hier une conférence de presse au siège du parti à Hydra. S’exprimant sur le plan politique, Djemaia vantera les vertus du dialogue en soutenant que «la sortie de crise de l’Algérie passe impérativement par un dialogue constructif». «Le FLN est issu du peuple. On soutient les revendications du mouvement populaire car on exprime les mêmes exigences que lui. On souffre réellement lorsque le peuple souffre. On vient du douar, on a connu la famine et on a marché les pieds nus comme le peuple», a-t-il lancé à ce propos. Dans ce cadre, il fera observer qu «on est convaincus que ce mouvement populaire donnera à l’Algérie un nouveau départ». Toutefois, il soutiendra que «nous craignons certains intrus qui veulent porter atteinte au pays et à nos institutions». «Nous les connaissons et nous leur disons dégagent», a-t-il fait remarquer. Djemiai ne manquera pas de demander pardon au peuple : «Nous demandons au peuple algérien de nous pardonner et on fera un nouveau départ en tirant les leçons de nos erreurs». «Le FLN a été l’objet d’accusations causées par des dérives de responsables dans sa gestion», soutient-il. Abordant les accusations de corruption portées contre lui, le nouveau SG lance d’entrée «je ne serai pas affecté». Son argument est que «si des gens ont remarqué chez moi un mauvais comportement ou quoi que ce soit, qu’il le dénonce» lance-t-il avant d’enchaîner «celui qui m’accuse doit apporter des preuves de ce qu’il avance». Dans le même ordre d’idées, Djemiai a récusé posséder un registre de commerce : «Je ne détiens pas de registre de commerce et je n’ai pas d’entreprises», a-t-il lancé avant de noter «cherchez et vous trouverez. Toute ma vie je l’ai passée au Parlement. Je suis rentré à l’APN à 28 ans et j’ai actuellement 48 ans». Dans ce cadre, il précisera que ce sont ses «deux frères ainés qui ont une entreprise productive. Ils ont été encouragés dans le cadre des lois de la République», a-t-il fait observer.