Comme à l’accoutumée, l’Association socioculturelle de la personne âgée de Tlemcen (Ascpat) a célébré ce samedi 27 avril, la Journée nationale dédiée au 3e âge. La fête s’est déroulée en son siège de la place Cheïkh El Ibrahimi, plus connue par Blass El Khadem, au centre-ville. Cette cérémonie, qui a été marquée par des interventions autour de la condition et le statut de la personne âgée, a été rehaussée par la présence du wali de Tlemcen accompagné du
P/APW. Une collation sera offerte aux invités et des adhérents de l’ASCPAT seront honorés à cette occasion. Dans ce cadre, une visite humanitaire a été effectuée par les membres du bureau au centre d’accueil communal des personnes âgées (hospice Lachachi) de Bab Sidi Boumediène (Tlemcen). La dite association, qui compte 170 adhérents, dont une soixantaine de femmes, est présidée par Omar Belaïdi (3e président), ancien cadre à l’OPGI, alors que le président d’honneur a été désigné parmi les doyens de l’ASCPAT, en l’occurrence Hadj Kouider Kanoun (97 ans). A noter que l’ASCPAT est la première association gérontologique créée au niveau national. Elle a vu le jour officiellement le 30 octobre 1985 grâce aux efforts conjugués d’un groupe de personnes dévouées et dynamiques. Elle eut comme premier président Abdelkader Nacef, ex-inspecteur d’Académie de Tlemcen, avocat (décédé) qui sera remplacé par le Dr Omar Sebbane, médecin généraliste (décédé), précurseur à Tlemcen de la gériatrie. Une association médicale dédiée à la formation dans cette nouvelle discipline a été créée il y a quelques années ; elle est présidée par le Dr Boudia Mohammed Réda. Il faut noter que contrairement à la pédiatrie, il n’existe pas de service de gériatrie au niveau du CHU Dr Tidjani-Damerdji. Par ailleurs, rappelons que trois octogénaires, vivant seules, avaient été récemment sauvagement agressées, dont une, une moudjahida, tuée, pour être volée. Les victimes habitaient respectivement à derb Sid El Ouazzane (Bab El Djiad), El Hartoun et Sidi Chaker. Ces agressions remettent, faut-il le souligner, sur la table le drame des personnes âgées vulnérables livrées à la « solitude ».E. H. T.