Les participants aux Cinquièmes journées sur la réanimation et l’anesthésie ont insisté, jeudi à Tlemcen, sur la nécessité d’examens médicaux périodiques pour éviter la mort subite. Le spécialiste en réanimation au CHU de Tlemcen Bentahar-Noureddine a souligné que parmi les facteurs causant la mort subite, la négligence par de nombreuses personnes de leur état de santé, notamment celles atteintes de maladies chroniques dont le diabète. Il fera remarquer que la plupart des patients n’effectuent pas d’analyses de sang périodiques ou d’examens chez le cardiologue. Toutes les catégories de la société sont menacées de mort subite dans les lieux de travail et pendant l’exercice d’activités sportives et autres, a-t-il indiqué. Soulignant que le mode de vie actuel est caractérisé par une alimentation malsaine et un manque d’activités physiques qui sont autant de facteurs susceptibles de détériorer la santé de la personne et causer des maladies conduisant à la mort subite. Le chef de service médecine légale du CHU, le professeur Oussaadit Meziane, a fait savoir, pour sa part, que beaucoup de cas soumis à l’autopsie après une mort subite sont dus à un arrêt cardiaque ou à un accident vasculaire cérébral (AVC). « Ces maladies sont toutes causées par l’hypertension artérielle, le diabète et l’hypercholestérolémie entraînant le blocage des vaisseaux sanguins et des artères du cœur », a-t-il déclaré. Au passage, il a appelé les malades chroniques à effectuer des examens périodiques pour contrôler les taux de glycémie, de cholestérol, triglycérides, la tension artérielle, à prendre une alimentation saine et équilibrée et à pratiquer une activité physique. La psychologue du même hôpital, Mokhtari Nouria, a souligné qu’ « il était difficile de prendre en charge psychiquement les familles des personnes mortes subitement à la suite de traumatismes graves et du manque d’acceptation de la situation, ajoutant qu’il était nécessaire d’intensifier des campagnes de sensibilisation sur l’effet de certaines maladies chroniques et leur relation avec la mort subite. Cette rencontre, organisée par l’association de wilaya de réanimation et d’anesthésie, vise à sensibiliser les spécialistes pour lancer un recensement des cas de mort subite, à classer ce phénomène et à le prendre en charge en élaborant un programme au profit des malades et autres.n