Les «Forces du changement pour la protection du choix du peuple», rassemblant des partis et personnalités de l’opposition, ont appelé, jeudi, à l’organisation d’une rencontre nationale qui réunira tous «les acteurs politiques et de la société civile, à l’exception des partis qui ont été à l’origine de la crise actuelle».
Cette initiative vise à «chercher une solution qui puisse répondre aux revendications pacifiques du peuple», ont expliqué les partis et personnalités présentes à la 9e rencontre de concertation, tenue au siège du Front pour la Justice et du Développement (FJD) à Alger.
Etaient présents à cette réunion, en plus du président du FJD, le président de Fajr Djadid, Tahar Benbaibache, le secrétaire général d’Ennahda, Yazid Benaïcha, le représentant de Talaie El Hourriyet, les universitaires Mohamed Arezki Ferrad et Abdelaâli Rezagui, le représentant du Syndicat des praticiens de la santé publique (Snpsp) et d’autres experts en économie.
La rencontre à laquelle ils appellent «vise à élargir et renforcer la représentativité de notre groupe. Elle vise aussi à faciliter le travail de l’institution militaire qui recherche une solution à la crise politique actuelle», nous a indiqué le vice-président du conseil consultatif du mouvement Ennahdha.
Référence faite aux récentes déclarations du chef d’état-major de l’ANP lorsque ce dernier avait affirmé que toutes les perspectives restaient ouvertes pour le règlement de la crise. Concernant les acteurs qui seront invités à cette rencontre nationale, le président du FJD, Abdellah Djabballah, nous confirmera qu’ils seront issus de tous les horizons de la classe politique et de la société civile, à l’instar de la communauté estudiantine et des syndicats. A propos de l’échéance retenue pour ce rendez-vous, le vice-président du même parti, Djamel Soualhi, dira à Reporters qu’il pourrait avoir lieu la semaine prochaine ou durant la première semaine de Ramadhan. Comprendre qu’aucune date précise n’a encore été retenue par ses initiateurs.
Hormis la rencontre nationale à laquelle ils ont appelée, les partis et personnalités politiques représentant les «Forces du changement pour la protection du choix du peuple» ont réitéré leur attachement au dialogue en tant que principe à même de trouver une issue à la crise. L’indépendance de la justice a été également évoquée durant la rencontre de concertation de jeudi et un appel a été lancé dans ce sens pour la «préservation de cette indépendance dans le traitement de tous les dossiers ainsi que le respect des règles de la justice, à savoir l’impartialité et l’équité».
Les présents au siège de FJD ont, en outre, appelé à prendre des mesures «urgentes» pour récupérer l’argent public détourné et protéger la richesse populaire, mettant l’accent sur la nécessité d’informer l’opinion publique sur les poursuites judiciaires lancées dans les dossiers de corruption.
Pour rappel, le pôle des « Forces du changement » regroupe plusieurs partis politiques de l’opposition tels que le Front pour la Justice et le Développement (FJD), Talaie El-Houriyet, le mouvement El-Bina, al-Fajr al-Jadid, parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), le Syndicat national des praticiens de santé publique (Snpsp) et nombre de juristes et d’acteurs politiques.<