Dans un communiqué daté de ce jeudi 25 avril 2019, dont « Reporters » à reçu une copie, le Parquet général d’Alger assure n’avoir reçu aucune instruction pour accomplir sa mission dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Le Parquet a affirmé qu’il était « soucieux de son indépendance » et qu’il accomplissait « son devoir professionnel en matière de lutte anti-corruption sans instigation de quelque partie que ce soit ». La lutte anti-corruption « est inscrite au titre des priorités de la politique pénale que le Parquet veille à mettre en oeuvre », souligne le communiqué (d’ailleurs repris par l’APS) précisant que le Parquet général « est soucieux de son indépendance et accomplit, en toute sérénité et avec beaucoup de professionnalisme, son devoir en termes de lutte contre la corruption sous toutes ses formes, sans instigation de quelque partie que ce soit ». Le Parquet général a, également, tenu à mettre en avant son souci de « se conformer scrupuleusement, dans toutes ses pratiques et/ou décisions, au secret de l’enquête et de l’instruction », conformément aux dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale ainsi qu’à « la présomption d’innocence consacrée par la Constitution en son article 56″, et en réunissant toutes les garanties de défense à travers les différentes étapes de l’action publique ». Le Parquet général de la Cour d’Alger a appelé au « respect de ces principes et à ne pas se verser dans la désinformation de l’opinion publique, pour ne pas entraver le travail des magistrats ». Il a affirmé, dans ce contexte, que toutes les enquêtes préliminaires diligentées par les services de la Police judiciaire « sont menées sous la direction de Messieurs les procureurs de la République territorialement compétents et sous la supervision du Procureur général », ajoutant que ses services « ont, récemment, reçu plusieurs signalements liés à des faits de corruption, et les ont tous soumis aux services de la Police judiciaire (PJ) relevant des corps de la Sûreté nationale, de la Gendarmerie nationale et de l’Office central de la répression de la corruption ». Enfin, le Parquet général a appelé tout un chacun à « s’écarter des préjugés et à respecter le secret de l’enquête et la présomption d’innocence », ajoutant que la cellule de communication de la Cour d’Alger « veillera, à l’avenir, à fournir les information nécessaires et justes conformément à la loi ».