La Fédération nationale des travailleurs de la Poste et des technologies de l’information et de la communication a annoncé, jeudi à Alger, la suspension de la grève à laquelle elle avait appelé les 28, 29 et 30 avril courant, en réponse à la décision de la justice ordonnant l’arrêt de la grève. S’exprimant lors d’une conférence de presse, le Secrétaire général de la Fédération, Mustapha Oukal a déclaré que « la décision de suspendre cette grève intervient suite à la décision de la justice », réaffirmant, dans le même contexte, « l’attachement » du syndicat aux revendications professionnelles des travailleurs du secteur, qualifiées de « légitimes ». Ces revendications portent sur « la révision de la grille de salaires, des primes et des indemnités et la révision des critères de promotion horizontale et verticale ainsi que la consécration du principe d’égalité des chances dans l’accès au postes supérieurs au niveau des entreprises relevant du secteur et l’intégration des travailleurs contractuels. Par ailleurs, la Fédération a appelé à la nécessité d’ouvrir les portes du dialogue avec la tutelle, en vue d’examiner les revendications soulevées, dénonçant « les restrictions administratives auxquelles font face les syndicalistes, notamment les cadres ».