Des centaines de travailleurs du groupe Cevital ont initié, hier, en début d’après-midi, une marche pacifique dans les rues de Béjaïa, en signe de soutien à leur patron, Issad Rebrab, placé sous mandat de dépôt lundi dernier, dans le cadre d’une enquête
«anticorruption». «Libérez Rebrab, arrêtez les criminels !», scandaient les manifestants qui ont battu le pavé depuis le complexe agroalimentaire de Cevital, sis à l’arrière-port de Béjaïa, jusqu’au siège de la wilaya, en passant par le palais de justice de Béjaïa.
Le coup d’envoi de la marche a été donné vers 13h00, sous les cris «Assa Azekka, Dda Issad yella yella», «Libérez Rebrab, arrêtez les criminels», «Pouvoir assassin», «Système dégage !»… Après avoir arpenté la route de l’arrière-port, les manifestants empruntent le chemin menant vers le siège de la cour de Béjaïa, situé à la cité Tobbal, où ils observeront un rassemblement ponctué par une minute de silence à la mémoire des victimes de l’effondrement d’une vieille bâtisse, sise à La Casbah d’Alger. Le parlementaire démissionnaire du front El Moustakbel, Khaled Tazaghart, et le porte-parole de la coordination des comités de soutien aux travailleurs de Cevital, Mourad Bouzidi, ont pris la parole devant la foule pour tirer à boulets rouges sur les tenants du pouvoir, accusés de
«vouloir mettre le feu aux poudres en Kabylie». Avant d’appeler la population de la région et l’ensemble des Algériens à demeurer mobilisés pour exiger «la libération immédiate et inconditionnelle du P-DG de Cevital» et «le départ définitif du système». Les mêmes intervenants reviendront à la charge pour réitérer leurs revendications lors du rassemblement tenu, par ailleurs, devant le siège de la wilaya, point de chute de la manifestation qui a vu la présence aussi de certains militants politiques, notamment du RCD. Les manifestants qui ont eu à parcourir environ quatre kilomètres, ont brandi des banderoles et pancartes portant plusieurs slogans, tels que
«Libérez Rebrab, arrêtez les criminels», «Pouvoir assassin», «système dégage !», «Nous sommes tous des Rebrab», «Où est la véritable Issaba»,
«Emprisonnez les criminels. Pas ceux qui constituent une menace pour vous !», «Celui qui a importé une machine en prison, ceux qui ont importé de la cocaïne en liberté !», «Non à l’application d’une justice régionale», «Non à un Etat de non-droit»… Lors de sa prise de parole, le militant Mourad Bouzidi a lancé un appel à toute la population de la Kabylie à rester mobilisée et engagée en faveur de la défense des intérêts socio-économiques de la région, tout en annonçant l’organisation prochaine d’autres actions, notamment à Alger, pour exiger la libération du patron de Cevital qui demeure, selon lui, le plus important investisseur à l’échelle continentale.T. B.