Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, les avocats du barreau de Tlemcen et, à l’appel de l’Union nationale des avocats algériens (UNAA), ont décidé de boycotter les audiences des tribunaux durant les journées de dimanche et lundi. Cette décision corporative, qui s’inscrit dans le sillage de la mobilisation populaire, a été prise à la majorité à l’issue d’une consultation collégiale où 250 avocats ont voté pour contre 4 seulement. L’UNAA s’était déjà exprimée en mars dernier sur l’obligation de reporter l’élection présidentielle en vue d’une transition qui sera gérée par une instance ad hoc issue de la rue. Dans ce sillage, les avocats avaient observé une grève des prétoires du 11 au 15 mars 2019. Le boycott de ce dimanche et lundi, qui coïncide avec la tenue de la session criminelle, intervient au moment où le Chef de l’Etat par intérim Abdelkader Bensalah doit présider une réunion de concertation au sujet de la prochaine élection présidentielle prévue le 4 juillet prochain. La réunion, ce lundi 22 avril au Palais des Nations (Club-des-Pins) vise principalement la création d’une instance nationale de préparation et d’organisation de ladite élection. E .H. T.