Les services de la Sûreté de wilaya de Sidi Bel Abbès ont traité au cours du seul mois de mars 240 affaires relatives aux crimes et délits de droit commun, se soldant par l’arrestation de 361 individus parmi eux 74 ont été écroués.

Dans ce contexte, 109 affaires de coups et blessures volontaires et vols contre les personnes perpétrées par 131 individus qui ont été présentés devant le parquet, qui a ordonné de placer sous mandat de dépôt 15 inculpés, tandis que les autres ont bénéficié de la citation directe, attendant leur jugement.
Les enquêteurs ont également arrêté 64 autres individus et enregistré 45 affaires de crimes et délits contre le bien public, d’où le placement dans les geôles de 14 accusés, et 63 affaires traitées sont relatives aux crimes et délits contre le bien d’autrui, dans lesquelles étaient suspectés 88 individus présentés devant le parquet, qui a placé sous mandat de dépôt 19 prévenus.
Par ailleurs, 15 affaires ont concerné la détention et la commercialisation de drogues se soldant par l’arrestation de 26 dealers dont 16 écroués, et 8 autres affaires relatives aux mœurs dans lesquelles étaient impliquées 18 personnes.
Parmi les16 mis en cause, 10 ont été incarcérés. Les services de la Sûreté de wilaya ont effectué, au cours de la même période, 36 descentes qui leur ont permis d’interpeller 1 000 personnes suspectes et après examen de situation, les enquêteurs ont identifié 230 personnes qui étaient impliquées dans des affaires et recherchées par la justice, d’où le placement sous mandat de dépôt de 53 mis en cause.
Un étudiant écope de 5 ans de réclusion criminelle pour abus contre mineur
Par ailleurs, le tribunal criminel près la cour de Sidi Bel Abbès a condamné le dénommé Z. A. âgé de 32 ans, un étudiant universitaire, accusé d’attentat à la pudeur avec violence sur un mineur âgé de 15 ans, à 5 ans de réclusion et à verser 500 000 dinars de dédommagement à la victime. L’accusé avait interjeté un appel à la première condamnation de 6 ans de réclusion et 400 000 DA de dédommagement à sa victime. L’affaire qui s’est déroulée dans la commune de Mérine dans le sud de la wilaya de Sidi Bel Abbès remonte au 14 avril 2018, où les parents de l’adolescent M. A. âgé de 135 ans avaient déposé plainte auprès de la brigade de la gendarmerie nationale de Mérine à l’encontre de leur voisin un jeune étudiant universitaire, l’accusant d’avoir agressé sexuellement leur enfant. Ils avaient appuyé leur plainte d’un certificat médical du médecin légiste qui atteste l’acte bestial avec violence, qui lui a nécessité deux points de suture. L’adolescent en secondaire avait l’habitude d’aller chez son voisin pour apprendre comment intégrer les réseaux sociaux mais la nuit des faits, ce dernier l’avait emmené dans un hangar situé à la sortie de la commune de Mérine, où il a abusé de lui, a-t-il déclaré. Une fois ses actes bestiaux assouvis, l’agresseur menace sa victime de lui régler son compte s’il raconte le secret à ses parents. L’enfant rentre chez lui dans un état lamentable et ne sait pas cacher son calvaire à ses géniteurs. Devant les enquêteurs le mis en cause nie tous les faits retenus contre lui mais devant le juge d’instruction, il avouera avoir abusé de son voisin. Le jour de l’audience, il renie les faits, sauf que l’enfant maintient ses premières déclarations, l’accusant de l’avoir agressé sexuellement. L’avocat du ministère public a requis la peine de 15 ans de réclusion à l’encontre du pédophile, mettant en exergue le calvaire qu’aurait vécu l’enfant, au moment des faits. n