Le secrétaire général de l’Ugta, Abdelmadjid Sidi Saïd, réunit, aujourd’hui, les unions de wilaya en perspective du 13e congrès de la centrale syndicale, dont la date a été avancée. Intervenant dans un contexte d’agitation et de fronde contre la direction de l’Ugta, la réunion promet de se dérouler sous haute tension. Surtout que la contestation de la gestion de Sidi Saïd a pris de l’ampleur si l’on se réfère notamment au rassemblement observé mercredi dernier devant le siège de l’Ugta. Mais pour le secrétaire national chargé des relations publiques au niveau de la centrale syndicale, Ahmed Guetiche, le rendez-vous ne présente aucun caractère exceptionnel.
«La réunion d’aujourd’hui au niveau du siège de l’Ugta à Alger regroupe les représentants des 48 wilayas ainsi que 32 fédérations. Elle vise à discuter deux points, l’un concerne la situation syndicale actuelle et le second a trait à la préparation du prochain congrès de la centrale syndicale», a-t-il affirmé à Reporters. Le même responsable a précisé, par la même occasion, qu’aucune union locale «n’a été exclue de cette réunion». Le propos de Guetiche se veut ainsi un démenti aux informations qui ont circulé dans les milieux syndicaux, selon lesquelles il a été procédé par la direction de l’Ugta à l’exclusion de certaines unions de wilaya, à savoir celles de Béjaïa, Tizi Ouzou, Tlemcen et Saïda. Le même intervenant a précisé qu’aucune union de wilaya « n’a été exclue », expliquant qu’à l’UGTA, « on n’endosse pas les agissements individuels aux structures». Il faut souligner que le rassemblement, organisé la semaine écoulée par des milliers de travailleurs affiliés à l’Ugta, aura marqué un tournant dans la vie de la centrale syndicale et surtout le règne de Abdelmadjid Sidi Saïd.
«La réunion d’aujourd’hui n’est pas une réaction à ce mouvement syndical. Elle a été programmée d’une façon ordinaire», dira aussi Ahmed Guetiche, dont le propos tend à minimiser le poids du malaise organique au sein de l’Ugta. Surtout qu’une réunion de la commission de préparation du 13e congrès est déjà prévue pour le 27 avril. Ce qui revient à comprendre que les choses sont en train de s’accélérer dans la maison Ugta. Autrement dit, la réunion d’aujourd’hui semble marquer un pic de pression sans précédent de la part de la base syndicale contre Sidi Saïd pour obliger ce dernier à vider les lieux. Certains milieux avaient même annoncé sa démission au lendemain de l’important rassemblement des travailleurs, ce qui s’est avéré infondé vu l’insistance du premier responsable de la centrale syndicale à rester en poste jusqu’à la tenue du congrès.
Des indiscrétions indiquent, à cet effet, que la date de ce congrès pourrait être fixée à l’issue de la réunion d’aujourd’hui. Ce congrès devait avoir lieu en janvier 2020, c’est-à-dire au terme du mandat d’Abdelmadjid Sidi Saïd le 10 janvier prochain.
Ce dernier avait déclaré, le 11 avril à Oran, en marge d’une réunion de coordination à huis clos regroupant les membres du comité exécutif national de l’Ugta, qu’une décision a été prise pour avancer la date de l’organisation du 13e congrès de l’Ugta. Il avait annoncé, par la même occasion, qu’il ne se présenterait pas à sa propre succession.