Le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d’Oran a publié, il y a quelques mois, l’ouvrage bilingue (arabe et français) «Le théâtre d’Abdelkader Alloula. Le texte et la scène», réalisé sous la direction de Mohamed Daoud. Il s’agit, en fait, des actes du colloque international, organisée les 10 et 11 mars 2014 par l’UCCLLA/Crasc (Unité de recherche sur la Culture, la Communication, les langues, la littérature et les arts), et qui a coïncidé avec le 20e anniversaire de l’assassinat d’Abdelkader Alloula, un artiste «complet» (dramaturge, metteur en scène et comédien), qui a «marqué l’histoire du théâtre algérien de son empreinte indélébile en répondant aux exigences de la construction dramaturgique par l’association de plusieurs formes d’expression», souligne Mohamed Daoud dans sa présentation. Selon la même source, les actes du colloque, mis à la disposition des lecteurs, «se veulent une lecture multiple de l’œuvre d’Abdelkader Alloula dans toutes ses dimensions artistiques, plusieurs disciplines bien ancrées dans le champ des sciences humaines et sociales (sémiotique, sémantique, sociocritique, analyse du discours, anthropologie, psychologie, etc.), ont été inscrites dans ce projet». En effet, les participants au colloque ont mis en exergue plusieurs thématiques dans l’œuvre «inachevée» d’Abdelkader Alloula, notamment «le patrimoine populaire, la langue, la traduction et les influences du théâtre universel». Parmi les textes figurant dans l’ouvrage (des communications lors du colloque), Ahmed Cheniki, Leïla Benaïcha, Driss Guergoua, Abdelkhalek Derrar et Lahouaria Nourine-Elaid se sont penchés sur «l’emploi du patrimoine populaire dans le théâtre», alors que Fatiha Zaoui Bouzadi et Anouel Tameur se sont intéressées à la question du «corps dans le théâtre». Dans le livre, on retrouve également trois textes de Lyza Idirene, Safia Metahri et Abdelkrim Hamou, abordant «les questions linguistiques». D’autres thèmes/problématiques comme la traduction, la transmission ou la retransmission sont soulevés dans l’ouvrage, qui propose également, deux «hommages» en forme de textes : le premier de Benamar Mediene et le second de Philippe Tancelin.
R. C.

• «Le théâtre d’Abdelkader Alloula. Le texte et la scène». Collectif sous la direction de Mohamed Daoud, 256 pages. Editions CRASC.
lPrix : 800 DA.