L’Assemblée générale extraordinaire de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), fixée pour ce jeudi 18 avril 2019 et destinée à préparer l’Assemblée élective pour remplacer Mabrouk Kerbouaâ, démissionnaire du poste le 10 novembre dernier, connaîtra des défections.

En effet, il se trouve que des membres de l’assemblée générale de l’instance fédérale algérienne de la discipline ont tenu à dénoncer l’«ingérence» du ministère de la Jeunesse et des Sports dans l’organisation du processus aboutissant à l’AG élective.
Une conférence de presse a été animée hier à Alger en présence des parties contestataires au nombre de 15, à savoir des représentants de 11 ligues et de 4 clubs. L’ex-directeur technique national (DTN) à la FAC et actuel directeur sportif du GS Pétroliers,
M. Douzi Smaïl, a  indiqué, dans cet ordre d’idées que «l’actuel ministre nous a demandé d’organiser une assemblée extraordinaire afin de préparer l’élection d’un président qui terminera le mandat olympique avec l’actuel bureau fédéral, chose qui a été rejetée catégoriquement par les ligues et clubs contestataires». D’ailleurs, le même, membre de l’AG explique que «la convocation d’une assemblée extraordinaire n’est pas légale conformément à l’article 18 des statuts de la FAC qui stipule que l’intérim ne peut aller au-delà de 60 jours, alors que le vice-président, Abbès Fertous, chargé de l’intérim, occupe ce poste depuis presque sept mois. Nous exigeons la publication du rapport établi par l’inspection diligentée par le MJS concernant la gestion de l’instance fédérale. Le MJS a alloué une subvention de quatre millions de DA pour payer les indemnités des athlètes, mais cette somme a été utilisée dans d’autres chapitres», a accusé Douzi.    
Obligation de présenter les bilans
De plus, M. Douzi, a tenu à rappeler que «le bureau fédéral qui a géré la FAC depuis 15 mois est dans l’obligation de présenter ses bilans moral et financier aux membres de l’assemblée générale qui l’ont élu, par respect, par déontologie, mais surtout par la force de la loi et des statuts de la FAC».
C’est ainsi que les 11 ligues affiliées à la FAC,  qui ont participé à la réunion d’hier, ont décidé de boycotter l’Assemblée générale extraordinaire (AGEx), prévue ce jeudi à Alger tout en dénonçant l’»ingérence» du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) dans les affaires internes de l’instance fédérale. «Notre démarche est irréversible et non négociable jusqu’à ce que cette hégémonie sans partage ne cesse et que la FAC retrouve sa légalité à travers l’organisation d’abord d’une Assemblée générale ordinaire (AGO) avant de passer à l’élection d’un président», a expliqué Daoud Messaoud, président de la Ligue d’Alger. La FAC, sans président depuis le 10 novembre 2018 après la démission de Mabrouk Kerboua, devra tenir ce jeudi son AGEx consacrée à l’installation des commissions de candidatures et de recours afin de préparer l’AG élective qui permettra d’élire un nouveau patron.
Il faut rappeler que la FAC a annoncé le 12 avril dernier que l’Assemblée générale extraordinaire se tiendra le jeudi 18 avril 2019, à partir de 10h00, à la salle des conférences du complexe sportif Ahmed Ghermoul (Alger)». «L’installation des commissions de candidatures et de recours, en vue de l’Assemblée élective, sera le seul point à l’ordre de jour» a précisé l’instance fédérale, actuellement dirigée par Abbès Fertous, le président par intérim.n