Lors de sa visite dans la wilaya au début du mois de mars, l’ambassadrice allemande entourée d’une forte délégation de son département, en présence du wali d’El Tarf, avait indiqué qu’elle fera de son mieux pour concrétiser au plus vite les accords signés entre les deux parties. Chose faite, puisque puiqu’une une coopérative féminine vient de voir le jour
à El Kala entrant dans le cadre du GIZ.

Celle-ci va se consacrer uniquement au développement de plantes aromatiques, telles le myrte, la lavande, la menthe… et leur vulgarisation à travers d’autres wilayas environnantes. Par ailleurs, les éléments composant cette ferme à caractère féminine se pencheront aussi sur les plantes médicinales. Ces dernières, selon des spécialistes de la région et les techniciens du parc national d’El Kala, qui s’étend sur une superficie globale de 80 000 hectares, ont confirmé à plusieurs reprises leur présence. La nouvelle coopérative, composée de treize femmes rurales, à laquelle ont été greffés des cadres spécialistes, se consacrera à la reconnaissance de ces plantes, en particulier celles destinées à l’usage médical. Nadir Kelaia, un personnage bien connu dans ce monde de la foresterie qui garde encore son secret, a beaucoup travaillé sur ce plan, mais avec des amoureux de la nature curieux de connaître les noms de ces plantes qui font la joie des ruraux qui les utilisent déjà et qui ont donné des résultats inattendus laissant les gens de la médecine pantois. Les femmes de cette nouvelle coopérative sont sélectionnées parmi celles qui disposent déjà d’une expérience. Notons au passage, selon les explications qui nous ont été données sur ces plantes aromatiques par les connaisseurs, il y a une trentaine environ d’essentielles dont on peut extraire de l’huile efficace pour le traitement de nombreuses maladies. La coopérative rurale des femmes vise, dans un premier temps, au développement et la valorisation du produit forestier sous toutes ses formes et son exploitation rationnelle en usant de méthodes scientifiques de sorte qu’on ne porte pas préjudice à cette richesse inestimable. Selon un élément de l’association « Green Women », dont plusieurs éléments ont eu la chance de séjourner en Allemagne pour participer à la foire qui vulgarise les bienfaits du monde végétal, en emportant avec eux de l’huile de lentisque, ont indiqué que les visiteurs ont été impressionnés par l’utilité de cette huile. Selon les spécialistes et les connaisseurs du monde végétal, l’huile de lentisque coûte excessivement cher grâce à ses différentes propriétés curatives, toux, brûlures, etc. Enfin, cette coopérative est l’une de la série prévue dans le cadre de la coopération avec nos partenaires allemands de ce qu’on appelle Genbi, un programme de « gouvernance environnementale et biodiversité », lancé depuis les années 2000. n