Le wali de Tipasa Mohamed Bouchemma semble pris de panique à chaque annonce de visite de ministres dans la wilaya, puisque les deux premières, à savoir celles des ministres des Ressources en eau et de la Culture, se sont déroulées à huis clos, tandis que celle du ministre des Moudjahidine s’est déroulée en un temps record, et cela semble les inquiéter au plus haut point.

de Tipasa, Seddiki Djamila
La visite de Tayeb Zitouni, ministre des moudjahidine, s’est achevée à 9 h 30 mn après une brève halte au siège de la direction à Tipasa et à Koléa, alors que nous nous rendions sur les lieux de la manifestation. Hier matin, les journalistes invités la veille à la célébration à Koléa du 60e anniversaire du décès du chahid Souidani Boudjemaâ, par le cabinet du wali à un rendez-vous à 7 h du matin pour prendre le départ vers 7 h 30 mn, se sont retrouvés seuls dans le parking de la wilaya. Bouchemma Mohamed a, tout simplement, décidé de partir seul avec ses gardes du corps laissant en plan les journalistes dont certains, non véhiculés, se sont trouvés obligés de faire appel au service de responsables de la wilaya pour les transporter venus, eux aussi, à l’heure convenue pour constater que la délégation était déjà partie. La peur de se voir bloqué en chemin par des citoyens, qui auraient été mis au parfum, a certainement été pour beaucoup dans le changement de l’horaire de départ de la délégation qui se fait de plus en plus discrète lors de ses déplacements en usant de nombreux subterfuges. Des citoyens de Tipasa avaient tenté, avant-hier, de se mettre en travers de la route de la délégation lors de la visite de la ministre de la Culture qui a usé de plusieurs stratagèmes pour dérouter les manifestants qui ont été dispersés par les forces de sécurité présentes en force sur les lieux. Une citoyenne de Tipasa n’a pas manqué de commenter la page Facebook de la wilaya qui relatait la visite de la ministre de la Culture en interpellant les responsables (ministre et wali) sur leur manque de courage en écrivant : « Madame la ministre et Monsieur le wali quand on est un responsable digne de ce nom, on doit assumer ses responsabilités, ne pas organiser des visites en cachette et avoir, surtout, le courage d’aller au-devant des citoyens même en colère » comme l’ont fait ses collègues des wilayas de Béchar et de Tébessa. Le wali de Tipasa Mohamed Bouchemma est d’autant plus inquiet que tout le monde dit qu’il est le protégé de Bedoui, l’actuel Premier ministre, qui, s’il risque de tomber sous la pression de la rue, l’entrainera forcément dans sa chute. n