par Meriem Kaci
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, a présidé, hier, une rencontre nationale avec les directeurs de santé et de la population des wilayas (DSP), au siège du ministère à Alger.
Une réunion durant laquelle le ministre a insisté sur la nécessité d’améliorer «les prestations sanitaires» afin de répondre aux aspirations de citoyens et des professionnels de la santé en renforçant les capacités du secteur à remplir ses missions.
Il a notamment instruit les DSP, à l’approche du mois de Ramadhan, des examens scolaires nationaux et de la saison estivale, caractérisée par ses «spécificités épidémiologiques», à prendre les «mesures réglementaires préventives» de soins en coordination avec tous les intervenants devant être associés pour la réussite de l’activité sanitaire, notamment avec la dynamisation du travail intersectoriel.
Il s’agit, entre autres, d’améliorer l’accueil et l’orientation des patients, assurer les moyens et équipements et la disponibilité des produits pharmaceutiques permettant aux professionnels d’accomplir leurs missions, de renforcer le rôle des bureaux communaux d’hygiène et des services d’épidémiologies. S’agissant de l’envenimation scorpionique qui tue nombre de personnes, particulièrement dans les wilayas du Sud et des Haut-Plateaux, le ministre a rassuré quant à la disponibilité de vaccins anti-scorpioniques dans les établissements de santé à travers tout le territoire national.
«Nous avons actuellement 30 000 doses disponibles. Nous allons assurer plus de 89 000 doses incessamment», a-t-il fait savoir, éloignant ainsi l’hypothèse qu’il y aurait une éventuelle tension sur ce vaccin. Outre la disponibilité de vaccins, M. Miraoui a appelé à l’organisation de campagnes de sensibilisation au profit des citoyens des wilayas concernées pour que les mesures d’hygiène et de prévention soient prises et pour limiter les morsures de scorpions.
S’agissant de la loi sur la santé promulguée en mai 2018, le nouveau ministre a indiqué que le travail portant sur l’élaboration des textes d’application relatifs à la nouvelle loi sur la santé, se poursuit toujours, appelant ainsi tous les acteurs du secteur à y prendre part. «La promulgation de la nouvelle loi sur la santé est une occasion d’aborder les thèmes et dossiers prioritaires devant être élaborés pour la formulation d’une feuille de route définissant les grands repères de fonctionnement et d’organisation du secteur, en adéquation avec les besoins réels des citoyens en matière de santé avant les textes d’applications», a dit le ministre à l’adresse des DSP. Ce dernier a néanmoins reconnu l’existence de «dysfonctionnements» dans le secteur et qu’il va œuvrer à leur correction.n