Un collectif de 70 associations et syndicat a dénoncé dans une tribune publiée mardi par L’Humanité la «répression aveugle» du Makhzen suite à la confirmation vendredi des peines à l’encontre des militants du Hirak du Rif.
Dans la nuit du vendredi, 5 avril 2019, le verdict en appel du procès des militants du Hirak du Rif a confirmé des peines, allant jusqu’à vingt ans de prison ferme contre des militants du mouvement populaire qui se sont soulevés dans la région du Rif au Maroc.
«Alors que les militants jugés ont porté pacifiquement durant des mois des revendications sociales, économiques, culturelles et politiques les plus élémentaires (droit à la dignité, à la santé, à la reconnaissance effective de la langue amazighe, au désenclavement de la région du Rif), la réponse du Makhzen marocain a été, comme à son habitude, la répression aveugle et la militarisation renforcée du Rif», a noté le collectif formé d’associations maghrébines (Algérie, Maroc et Tunisie) et européennes, dont la plupart est française.
Pour ces ONG, le jugement «démontre pour la énième fois l’absence d’un Etat de droit et d’une justice sociale et démocratique», ajoutant que le combat des Marocains «s’inscrit aussi en résonance avec les luttes pacifiques menées dans l’ensemble de l’espace maghrébin, en particulier celle du peuple algérien, pour un Maghreb des peuples pluriel, de la dignité, de la démocratie et de la solidarité».
Les signataires du texte appellent, à cet effet, l’ensemble des démocrates, des femmes et des hommes épris de justice à «exprimer leur indignation face à ce déni de justice», exprimant sa «totale solidarité» avec le combat des prisonniers du Hirak et leurs familles «pour la dignité, la justice sociale et la démocratie».
Le collectif déclare soutenir «toutes initiatives pacifiques pour la libération immédiate des prisonniers du Hirak du Rif, des prisonniers des autres mouvements sociaux et des prisonniers politiques et d’opinion au Maroc».