Sur la RN79 reliant Ferdjioua à Mila, les transporteurs en commun, au départ de plusieurs localités du nord de la wilaya, défilent, les uns après les autres, à longueur de journées, courant après un ou deux passagers s’arrêtant plusieurs minutes en des endroits où ils sont censés ne point s’arrêter, faisant fi des lois régissant le transport et le code de la route et importunant de facto les passagers obligés de subir leur avidité et leur mépris.

de Mila, Zaoui Abderaouf
Ces transporteurs, pour la plupart, ne savent-ils donc pas que sans l’argent des voyageurs, ils n’auraient même pas de quoi faire le plein de gasoil ? Les voyageurs n’ont pas droit aux réclamations, gare à celui qui oserait le faire, les chauffeurs et receveurs ne reculent devant rien pour les remettre à l’ordre. Pour une place en sus, les transporteurs sont capables de déclencher la guerre à leurs confrères et en arriver aux mains. Seuls l’argent et le gain les intéressent. C’est à Redjas, le chef-lieu de la commune de Oued Endja et au niveau du centre universitaire Abdelhafid Boussouf de Mila que les transporteurs, en quête de plus de places se bousculent, encombrent la circulation routière et en arrivent très souvent aux mains, importunant passagers, piétons et riverains. Ces deux arrêts (Redjas et CU) ont été transformés en véritables « gares routières », et ce, à l’insu de la direction des transports de Mila qui, a priori, semble dépassée par les comportements inadmissibles de ces gens censées être au service de leurs clients. Au niveau de ces deux arrêts, les transporteurs « clouent » leurs véhicules, guettant l‘arrivée d’un éventuel passager ne tenant nullement compte de la gêne qu’ils causent aux voyageurs se trouvant déjà à l’intérieur des cars. Les passagers, au vu du mépris affiché par les chauffeurs et receveurs des cars s’arrêtant au niveau de ces deux arrêts demandent l’intervention des contrôleurs de la direction des transports pour mettre fin à l’attente interminable que ces derniers leur imposent. Au niveau de ces deux arrêts, les disputes entre transporteurs sont assurées et le spectacle est garanti à longueur de journées. Les voyageur veulent un minimum de respect de la part des transporteurs, est-ce trop demander. Outre les attentes prolongées au niveau des arrêts, les passagers voyagent dans des conditions lamentables où saleté, crachats et autres désagréments règnent en maîtres des lieux. n