par NADIA BELLIL
La direction du Rassemblement national démocratique (RND) n’est pas restée indifférente à l’agitation et aux déclarations de la contestation, dirigée par Belkhadem Melah et regroupée dans une instance baptisée « l’Instance nationale de préparation du Congrès extraordinaire rassembleur ». « La direction du RND affirme que le groupe qui prétend préparer la tenue d’un congrès extraordinaire pour écarter le secrétaire général, Ahmed Ouyahia, est, majoritairement, composé de personnes qui ne sont pas membres du conseil national », explique le bureau national du parti dans un communiqué rendu public. L’exécutif du parti, selon lequel le groupe de Mellah « est composé d’anciens membres du parti qui prétendent à travers certains médias préparer un congrès extraordinaire », est composé majoritairement de « personnes ne possédant pas la qualité de membre au conseil national, des personnes connues par les militants du parti et l’opinion publique pour leurs tentatives désespérées de mener des mouvements de redressement au sein du RND ». En ce sens que la contestation dirigée contre Ouyahia et son bureau ne figure aucunement dans les structures du parti, ce qui rend improbable toute possibilité de convoquer un congrès extraordinaire par sa composante. C’est dans cette optique que la direction du parti évoque l’article 26 et 31 des statuts du parti. C’est ainsi que l’article 26 des statuts énonce que « le congrès se réunit en session régulière tous les cinq ans, et peut-être tenir une réunion extraordinaire sur convocation du secrétaire général ou des deux-tiers des membres du conseil national ». Aussi et s’agissant de l’article 31, il est explicité que « le secrétaire général est élu par le congrès pour un mandat de cinq ans renouvelable, un mandat qui relève de l’autorité exclusive du congrès ». Dans le même ordre d’idées, la direction du parti rappelle que « Ouyahia a été élu secrétaire général du parti lors du 5e congrès tenu en 2016 par la majorité absolue par vote à bulletin secret ».
Aussi, une mouture de soutien à
M. Ouyahia en qualité de secrétaire général du RND a été signée récemment par 337 membres sur 424 membres du conseil national du parti, soit plus de deux-tiers de cette instance souveraine entre deux congrès, est-il expliqué dans le communiqué du RND.
Pour rappel, la contestation dirigée par Belkacem Mellah s’est réunie avant-hier pour solliciter « les membres du conseil national, les élus nationaux et locaux, les membres des bureaux de wilaya et tous les militants à s’inscrire dans le processus de préparation du congrès extraordinaire du RND pour en finir avec l’époque d’Ouyahia ». Le groupe de Mellah a revendiqué, à cette occasion, « le départ immédiat d’Ouyahia de son poste de secrétaire général qui sera salvateur pour le RND et qui commencera une nouvelle ère sur de nouvelles bases », tout en qualifiant Ouyahia de « personne qui ternit son image tant auprès de la population qu’auprès des militants ». Hier, la direction du parti a répondu à la contestation en lui précisant l’impossibilité d’une convocation d’un congrès extraordinaire de sa part.