Les procédures administratives retardent le lancement des travaux du Centre régional de rééducation fonctionnelle spécifique pour les malades de sclérose en plaque, a déploré la présidente de l’association El Michket de ces malades de Sidi Bel Abbès.

L’association qui compte actuellement 200 malades atteints de sclérose en plaques de la wilaya de Sidi Bel Abbès et d’autres wilayas du sud et sud-ouest du pays attend toujours la reconversion du terrain, propriété de l’APC, au nom de la Direction de l’action sociale pour ensuite le lui attribuer. Un centre nécessaire pour corriger quelque peu la déficience physique des malades et leur éviter la paralysie totale, a rapporté la présidente de l’association El Michket. Une étude technique a été réalisée et évalue le montant du projet à plus de 4 milliards de centimes. Invitée à l’assemblée générale annuelle de ladite association, tenue ce samedi au centre d’orientation et de divertissement scientifique du centre-ville de Sidi Bel Abbès, le docteur Aboura, médecin spécialiste en rééducation fonctionnelle au centre hospitalo–universitaire Abdelkader-Hassani, a sollicité les malades de sclérose en plaques à suivre des séances régulières de rééducation intensives et de balnéothérapie, afin d’améliorer leur état de santé et pouvoir marcher sans se fatiguer et sans perdre l’équilibre et ainsi être autonome. « Le traitement ne sera efficace que lorsqu’il est associé à la rééducation fonctionnelle », insiste-t-elle. Elle leur explique que 50 malades, chacun selon le degré de son handicap, qui suivent leurs séances de rééducation deux fois par semaine, ont vu leur état de santé s’améliorer. La professionnelle de la santé révèlera que le service de rééducation est doté d’un isocinétisme, un appareil sophistiqué qu’utilisent les athlètes pour leur performance. Il est utilisé pour la consolidation des muscles des sclérosés et d’atteindre la stabilisation de l’état de la maladie. « Dans d’autres cas, l’injection de la toxine est aussi nécessaire pour réduire l’endurcissement des muscles », propose-t-elle. Selon les spécialistes de la santé, la sclérose en plaques, qui est une maladie neurologique qui débute entre l’âge de 15 et 40 ans, altère le système nerveux central par la destruction de la gaine de myéline des fibres nerveuses. Elle peut se manifester par des symptômes très variables, l’engourdissement d’un membre, troubles de la vision, sensations de décharge électrique dans un membre ou dans le dos, troubles des mouvements. Elle nécessite une prise en charge pluridisciplinaire pour éviter le handicap moteur, souligne-t-on. La présidente de l’association El Michket s’est montrée par ailleurs optimiste quant aux acquis, annonçant qu’elle a réussi à obtenir des conventions avec des laboratoires privés d’analyses sanguines, qui lui ont offert des réductions de 20 et 25% et aussi pour l’IRM et autres radiographies. n