Après le déroulement du tirage au sort, vendredi dernier au Caire, de la Coupe d’Afrique des nations 2019, l’entraîneur de l’équipe nationale, Djamel Belmadi, sait, un peu plus, à quoi s’attendre et quels seront les trois premiers adversaires à affronter pour espérer survivre au premier tour. Si le Sénégal impose la méfiance compte tenu de la qualité de son effectif, la Tanzanie et le Kenya, qui seront les deux autres écueils à passer, doivent être respectés. Et ce, même si les « Verts » partent clairement favoris pour bien négocier ces deux sorties. Le driver des « Fennecs » a l’humilité comme mot d’ordre.

Sénégal – Algérie sera l’un des premiers chocs de la prochaine CAN prévue du 21 juin au 19 juillet à venir. Pour le premier responsable de la barre technique de l’EN, qui a accordé un entretien au quotidien sportif « Le Buteur » : « le Sénégal est une équipe qui travaille ensemble depuis un certain temps avec un coach et le même groupe depuis bien longtemps. Donc, ce Sénégal est un favori en puissance pour gagner cette Coupe d’Afrique et bien évidemment, le plus puissant dans notre groupe.» Mais il ne faudra pas penser que c’est le seul match à jouer dans ce quartet puisque la Tanzanie et le Kenya seront là pour essayer de composter un billet en huitièmes. Surtout que parmi les 16 qualifiés au second tour, les 4 meilleurs troisièmes seront repêchés. C’est pour dire que chaque point sera bon à prendre. « Le Kenya et la Tanzanie sont deux adversaires absents de la Coupe d’Afrique des nations depuis un certain temps. Surtout la Tanzanie qui en est à sa deuxième participation de son histoire, on est sur nos gardes, on ne sous-estimera personne », notera le coach de l’Algérie en soulignant un point important : « Si elles sont là, c’est qu’elles ont quand même un certain mérite », rappelle-t-il.
Le respect mutuel d’Aliou Cissé
Comme son homologue algérien, le technicien sénégalais Aliou Cissé a loué la qualité de l’effectif Dz non sans indiquer que les deux sélections se sont affrontées lors des deux dernières éditions de la CAN.  «C’est une longue histoire entre l’Algérie et le Sénégal. En 2015 (sous Alain Giresse), à Mongomo, nous étions dans la même poule également (défaite des Lions 2-0). Au Gabon, en 2017, on a partagé la même poule (match nul 2-2) et cette fois aussi, en Egypte, nos chemins vont encore se croiser. L’Algérie n’est plus à présenter. C’est une grosse équipe. Aujourd’hui, ils sont en train de se bonifier avec l’arrivée de Djamel Belmadi que je connais. C’est un ami à moi, on a grandi dans le même quartier à Paris. Donc, ce sera une belle bataille. Le Sénégal et l’Algérie seront les favoris de cette poule, mais il ne faudra pas sous-estimer le Kenya et la Tanzanie », indique l’ancien international des Lions de la Téranga.
« Être prêts le 23 juin ! »
Pour la troisième fois donc, les deux nations vont se croiser. Et pour la troisième fois ils auront ce costume de favoris à porter. A un peu plus de deux mois du début de l’épreuve, le temps est à la préparation concrète pour ce test footballistique. « On va bien étudier les équipes de notre groupe et on ne sous-estimera personne, on va regarder et analyser tous leurs matchs, et puis bien travaillé et se préparer convenablement pour aborder cette première confrontation avec un maximum d’atouts à même de nous permettre de bien commencer la compétition contre le Kenya le 23 juin prochain. Tout le monde connaît l’importance du premier match, donc place au travail maintenant !» a prévu Belmadi.
Le successeur de Rabah Madjer a affiché son ambition de décrocher le trophée mais sait que derrière cette envie, il faut s’investir sur les plans humains et tactiques. Par-dessus tout, l’humilité et le respect des adversaires restent recommandés. Et sur ces deux points, coach Djamel ne badine pas.n