Par Aziz Latreche
Les dissidents du FLN, qui veulent la tête du coordinateur actuel du parti, le président de l’APN Mouad Bouchareb, n’en démordent pas. Ils sont décidés à aller jusqu’au bout de leur projet de prendre le contrôle du «Front» en élisant une «direction nationale légitime».
Djihad Berrached, dissident et membre du Comité central (CC), affirme que la tenue d’une réunion extraordinaire pour déposer et « dégager », c’est son terme, Mouad Bouachareb est rendue possible par le nombre de cadres militants du CC qui « veulent tourner la page ». « Le quorum nécessaire à la tenue de cette réunion, explique-t-il, est d’au moins
253 membres, ce qui correspond à la moitié +1 du nombre global des membres du CC qui est de 504 membres. Nous sommes près aujourd’hui d’atteindre ce quorum », affirme-t-il dans une déclaration à Reporters.
A quand cette réunion extraordinaire du Comité central ? Pour Mustapha Maâzouzi, «la démarche est déjà définie. Cela se fera avant le mois de Ramadhan, probablement à la dernière semaine du mois en cours », affirme-t-il. Ahmed Boumehdi, lui aussi membre du comité central et ancien membre du bureau politique, est de la partie. Sa participation à l’opération de «relégitimation» de la direction du FLN est importante. Il est le seul habilité à convoquer une réunion du comité central pour élire un nouveau dirigeant du parti en cas de vacance du poste du secrétaire général, selon l’article 36 des statuts du parti. Cette disposition stipule que c’est au membre le plus âgé du bureau politique que revient le droit d’entretenir cette démarche. Aux yeux des militants du FLN, le coordinateur général du parti Mouadh Bouchareb a été «désigné de façon illégale » à la tête du parti après la démission de l’ancien secrétaire général Djamel Ould Abbès dans des circonstances qui restent obscures jusqu’à maintenant.