Les habitants de la localité de Bouihi (daïra de Sidi Djilali), située à environ 80 km au sud du chef-lieu de wilaya, sont sortis avant-hier dans la rue pour exprimer leur colère devant l’indifférence des autorités locales quant à leur cadre de vie lamentable.
Pour ce faire, les manifestants ont assiégé l’APC, paralysant le fonctionnement de cette institution. Les habitants justifient leur mouvement par le marasme et la mal-vie qui caractérisent cette agglomération pastorale où les projets afférents au développement local tardent à voir le jour.
Ils interpellent le wali de Tlemcen quant à une prise en charge de leurs revendications légitimes. Dans ce contexte, un groupe de citoyens de cette région du sud, Sebdou, ont observé un sit-in au niveau de la RN22 pour réclamer le dédoublement de cet axe de la mort. En effet, en l’espace de 48 heures, deux tragiques accidents se sont produits sur cette route périlleuse, faisant 2 morts et 10 blessés, dans le renversement d’un bus, et 5 blessés dans une collision entre un camion des GGF et un bus transport des enfants scouts.
Dans ce sillage, et à l’instar de leurs concitoyens de Bouihi, les habitants du village agricole de Aïn Nehala (daïra de Aïn Tellout), situé à environ 65 km à l’est de Tlemcen, à la limite territoriale de Sidi Bel Abbès, ont eux aussi fermé le siège de l’APC, las d’attendre les promesses des autorités.
Parmi les revendications exprimées lors de ce sit-in musclé, la révision de la liste des bénéficiaires de logements, le bitumage du 2e tronçon de la route, la pelouse synthétique pour le stade, la réalisation d’une annexe communale, l’implantation d’un château d’eau… n