Par NADIA BELLIL
La crise du Front de libération nationale (FLN) s’exacerbe et connaît de nouveaux rebondissements. En effet, Djamel Ould Abbès clame qu’il est «encore et toujours secrétaire général du FLN». C’est ce qu’il a déclaré, hier, à la presse en marge des travaux de la réunion des deux Chambres du Parlement, au Palais des nations, pour valider la nomination d’Abdelkader Bensalah au poste de chef d’Etat par intérim. A la surprise générale, Ould Abbès, tout sourire, a lancé à la presse : «Je suis toujours le secrétaire général du parti !». Face au regard hébété de la presse, Ould Abbès a demandé : «Avez-vous déjà vu ma démission ?», avant d’y répondre : «Je suis secrétaire général depuis le 22 octobre 2016, date à laquelle l’ancien secrétaire général Amar Saïdani avait démissionné.» Effectivement, Djamel Ould-Abbès avait été désigné comme successeur de Saïdani par la majorité absolue des membres du comité central du parti à cette époque. Oud Abbès, qui n’a pas manqué de répéter à volonté qu’il est encore et toujours le premier responsable du parti, a déclaré que «cinq mois durant, je suis resté silencieux, mais à partir d’aujourd’hui je vais commencer à m’exprimer». Toutefois, il a refusé d’expliquer les raisons de son silence. Les propos d’Ould Abbès n’ont pas laissé indifférents des sénateurs, membres du comité central du FLN, présents sur place.
C’est ainsi que Madani Houd, sénateur du tiers présidentiel et membre de la direction du parti, a mal pris les déclarations de Ould Abbès. «Vous êtes un menteur», lui a-t-il lancé. A la presse, Houd a déclaré que «Ould Abbès n’a été secrétaire général du parti que pendant un mois après la démission de Saïdani». «Il a fait main basse sur le parti et a refusé de réunir le comité central tout au long de son règne», a-t-il fait observer, avant d’avertir qu’«il viendra le jour où on dévoilera toute la rachwa qu’il a pris lors des dernières législatives». Il faut dire que la déclaration de Ould Abbès intervient plus de 5 mois après sa mise à l’écart de la tête du parti, annoncée par un communiqué de l’APS précisément le 15 novembre 2018. «Le secrétaire général du FLN a décidé de quitter ses fonctions», selon les termes utilisés par l’agence officielle, en raison de «soucis de santé». Ce départ n’a été annoncé ni par un communiqué du FLN ni par le concerné lui-même, mais par «une source officielle» qui a contacté l’APS. Et, depuis cette date, Ould Abbès s’est muré dans un silence qu’il n’a rompu qu’hier, annonçant son retour sur la scène politique nationale, dans un contexte des plus incertains tant sur l’avenir du parti que du pays.
A suivre.