d’EL TARF, Menrad Bahmed
La semaine passée s’est caractérisée par de nombreuses contestations. Deux ont eu lieu devant les APC de Cheffia d’abord où les habitants de cette commune, faisant partie de la daïra de Bouteldja, reprochent à l’Assemblée élue, lors des dernières joutes électorales du mois de novembre 2017, son incapacité à gérer les affaires de la commune sur de nombreux plans. Ainsi les jeunes qui se sont rassemblés devant le siège de l’APC ont demandé aux élus des différents partis majoritaires de résoudre le problème du manque d’eau potable bien que la commune soit dotée d’un barrage de 165 millions de m3. Selon les dires des habitants, la distribution d’eau potable est sujette à des perturbations et ce liquide source vie ne coule que les dix à quinze jours, voire plus. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le barrage portant le même nom, le premier réalisé en 1965, n’est qu’à deux kilomètres du chef-lieu communal Cheffia. « Nous exigeons de la composante APC d’obédience FLN de résoudre nos nombreuses et multiples préoccupations. » Un jeune dira qu’il « est inadmissible de constater que les habitants de cette commune souffrent du manque d’eau potable et que les autorités locales aient donné leur aval pour renflouer de l’eau de cette réalisation vers Annaba et la SNS. En principe nous sommes prioritaires ». « La prochaine revendication nous passerons à une vitesse supérieure », dira un homme, la soixantaine. A El Tarf, les jeunes ont aussi barricadé le siège de l’APC en signe de protestation des conditions intenables de la vie à Metrouha, Aïn Khiar et le chef-lieu de wilaya. Ces dernières se caractérisent par l’absence quasi totale d’infrastructures de base, de canaux de viabilisation. Les jeunes de cette commune réclament aussi de l’emploi, du logement, etc. Le wali a été interpellé plusieurs fois sans écho. Ses promesses maintes fois faites depuis juillet 2018 n’ont pas été tenues. Par ailleurs, les propriétaires de camions privés, engagés dans la réalisation de l’autoroute Drean-Ramel Souk, réclament leur dus. Enfin, les jeunes de la commune de Zitouna ont fermé l’axe routier Souk Ahras pour exiger des autorités locales de donner leur aval pour utiliser le stade nouvellement inauguré et de résoudre le problème des transporteurs qui assurent la desserte Zitouna-Hammam Sidi Trad, en débrayage bien avant les vacances de printemps. En effet, la chaussée est impraticable en plusieurs endroits. Selon des informations de dernière minute, le président d’APC de Chihani à l’ouest du chef-lieu a l’intention de déposer sa démission .n