JACKY NAIDJA avec INES ILIANA

Le Festival de Cannes vient d’annoncer la nomination de Claire Denis* comme présidente du Jury des courts métrages et de la Ciné fondation. Au moment où toute l’organisation du festival se met en place  et avant l’annonce officielle de la programmation du festival prévue le 13 avril, Claire Denis, cinéaste talentueuse, scénariste, accompagne le cinéma français depuis trente ans en portant 13 longs métrages exceptionnels dont 4 furent projetés en sélection officielle. Une carrière fabuleuse concrétisée grâce surtout à ses nombreux voyages pour s’ouvrir aux autres et sur le monde, avec ce goût particulier pour l’Afrique de son enfance que lui a fait connaître sa mère. Happée par le cinéma très jeune, elle intègre l’IDhec et réussit son diplôme en 1972. Enfin, pouvoir réaliser plusieurs courts métrages de science-fiction notamment. A l’exemple de « Chocolat », son premier film en 1988, nommé aux césars, une œuvre autobiographique sur l’indépendance du Cameroun dans l’Afrique coloniale sous tension. Le pays qu’elle va encore retrouver en 2000 pour son film « Beau travail », portrait de la Légion étrangère à Djibouti, puis « White Material », tourné encore au Cameroun avec Isabelle Huppert et Christophe Lambert. Ce qui va lui faire connaître dès lors les honneurs de la compétition du festival avec des Césars de la Critique, couronnés par son goût de l’observation et de l’expérimentation. Car on  a toujours reconnu chez elle, en tous cas chez ses pairs, son sens de la critique, libre, plein d’audace avec cette puissance de la mise en scène, comme celle de voyager entre l’inconnu et le familier, entre introspection et aventure dans le monde, jusqu’à son dernier « Hight life » en 2018, et d’avouer un jour  « préférer toujours naviguer entre différents univers ». Dans sa carrière, Claire Denis a toujours exploré un certain cinéma de proximité, de la marge et du territoire, où les liens entre les êtres sont présents dans une visibilité toujours plus complète, aimant à filmer le désir dans l’altérité, les tabous, les interdits comme dans « Trouble Every Day » ou dans « les Salauds » en 2013. Ce film noir, avec Vincent Lindon et Clara Mastroianni, présenté en sélection au Festival de Cannes dans Un Certain Regard. Elle engagera plus tard Juliette Binoche pour un « Beau soleil intérieur ». Des expériences acquises  notamment auprès d’autres talents prestigieux, Wim Wenders, Jarmush, Rouffio et, surtout, Jacques Rivette, dont elle fut l’assistante de réalisation auquel d’ailleurs un peu plus tard, elle consacra un documentaire. Attachée à ses films comme à ses comédiens, à l’image de Béatrice Dalle, Alex Descas, Vincent Gallo ou Grégoire Colin, la cinéaste a réussi à créer son univers très personnel au fil de ses voyages jusqu’à décrocher le Lion d’argent à Venise, en 1996, pour « Nenette et Boni ». Et de déclarer : « Je me reconnais dans un cinéma qui fait confiance à la narration plastique. » Avant de se lancer dans des projets tout à fait singuliers qui lui ressemblent avec la même exigence dans « Trouble Every Day », film de vampires, sensuel et sauvage, qui l’a plébiscitée sur la Croisette en 2000. Appelée à présider le jury des Courts Métrages et de la Ciné Fondation, elle va succéder avec assurance et son humilité coutumière à un autre réalisateur bien connu Aberrahmane Cissoko pour remettre, le jeudi 23 mai, les trois prix de la Ciné Fondation parmi 15 films choisis d’étudiants des écoles de cinéma. Et le 25 mai, elle remettra la Palme d’or du Court Métrage lors de la cérémonie de clôture de la 72e édition du Festival de Cannes 2019.

*CLAIRE DENIS : Trente ans de films et une filmographie impressionnante où figurent aussi « S’en fout la mort » 1990 , « J’ai pas sommeil » 1994, « 35 Rhumes » 2008, « Vénus beauté » 1999, « Au cœur de la nuit » 2008, « En avoir ou pas » 1995,  pour ne citer que ceux-là… Claire Denis, réalisatrice, reste célèbre pour son coup d’œil fulgurant et observateur, son art de saisir l’instant décisif et vibrant qui va donner à chacun de ses films l’intensité nécessaire pour que le spectateur capte vite la subtilité de l’histoire du film jusqu’à le surprendre. Actrice, elle a aussi tourné avec Alain Descas, Didier Flamand entre autres. Une icône parmi les icônes du cinéma français.