C’est un ouf de soulagement pour le  CS Constantine qui pourra compter sur ses inconditionnels lors de quart de finale «aller» de la Ligue des champions CAF face à l’ES Tunis prévu samedi prochain (17h). Le stade Chahid-Hamlouai devrait draîner les foules pour cette affiche maghrébine. Ça sera la  première sortie dans l’histoire des Clubistes à ce stade de la compétition. En effet, la Commission de discipline de la Confédération africaine de football (CAF) a décidé de lever la sanction du huis clos qui visait les Constantinois. Une mesure prise après les incidents ayant émaillé la rencontre comptant pour la sixième et dernière journée de la phase de poule contre le Club Africain. L’instance confédérale avait évoqué « la mauvaise organisation » par la formation algérienne.

L’injustice réparée
Le président du Conseil d’administration (CA) de l’équipe de l’antique Cirta avait décidé d’injecter un recours pour que cette décision soit levée : «Nous n’allons  pas nous taire. On va tout faire pour défendre les intérêts de notre club. Nous avons fourni à notre tour un recours pour démentir tout ce qu’a été mentionné dans le rapport de la CAF contre nous. Du coup, nos supporters n’ont pas jeté de fumigènes mais ils n’ont fait  que répondre à la provocation des supporters tunisiens qui ont utilisé des fumigènes, nous avons toutes les preuves qui nous innocentent», avait annoncé Tarek Arama. La requête a donc abouti et la « hogra », comme l’avait qualifiée le dirigeant de l’équipe de la ville des « Ponts suspendus », a été réparée. Désormais, la balle est dans le camp des «Sanafir» pour mettre le feu, dans le bon sens du terme, aux gradins lors de la réception de l’Espérance pour une explication qui s’annonce explosive. Le duel «retour» est programmé pour le 13 avril à Rades (Tunis).