par NADIA BELLIL
Le Coordonnateur de l’instance dirigeante du parti du Front de libération nationale (FLN), Mouad Bouchareb, a arrêté hier la date du congrès extraordinaire du parti. Il se tiendra les 18 et 19 avril au Centre international des conférences (CIC) à Alger.
C’est à l’issue d’une rencontre de l’instance dirigeante du parti que cette date a été fixée. Lors d’une rencontre de plus de  5 heures, ayant regroupé les membres de cette instance, beaucoup ont proposé initialement la date du 15 avril.
Mais en l’absence de consensus autour de cette date, le congrès a été fixé aux 18 et 19 avril prochain. «Nous sommes finalement tombés d’accord sur cette date car c’est un week-end qui permettra la présence la plus large qui soit des congressistes», explique à Reporters un membre de l’instance dirigeante. Placé sous le slogan «Rassemblement de tous les militants FLN», la direction souhaite que «l’ensemble des militants prenne part à ce rendez-vous». «On veut en finir avec la marginalisation dont ont souffert les militants du parti durant l’époque de Amar Saâdani et de Djamel Ould Abbès», nous dira notre source, selon laquelle le congrès verra la participation de l’ensemble des membres de l’actuel comité central, des sénateurs et députés ainsi que des militants qui seront choisis par la base.
«Il est question d’assemblées générales électives qui auront lieu au niveau des kasmas pour élire les congressistes», nous indique-t-on, tout en précisant que «la direction du parti a arrêté un quota de 5 congressistes par kasma». «On ne peut pas aller au-delà de ce chiffre parce que ça deviendra ingérable, sachant que beaucoup de militants souhaitent prendre part au congrès».
Un seul point à l’ordre du jour du congrès : «L’élection d’un nouveau comité central duquel émergera un nouveau secrétaire général du FLN», nous dit-on, tout en précisant que la tenue dans des délais rapprochés de ce congrès s’explique par «l’urgence d’élire une direction légitime».
En effet, la direction de Mouad a souvent été critiquée pour son illégalité par des contestataires, à leur tête Ahmed Boumehdi, qui ont d’ailleurs déposé une requête au Conseil d’Etat. Cette requête n’a pas, pour autant, influé sur la préparation du congrès, puisque la direction du FLN, a déjà installé plusieurs commissions, notamment la commission de l’information et de la communication en vue de maîtriser le congrès.