Le coup d’envoi de la 3ème édition du Salon «Printemps de l’artisanat de Mostaganem» a été donné dimanche, avec la participation de 25 exposants de 9 wilayas du pays.

Prennent part à cette manifestation économique et professionnelle qui se tient au parc de loisirs et de zoologie «Mosta Land» et qui se poursuit jusqu’au 6 avril, des exposants en provenance des wilayas de Mostaganem, Oran, Chlef, Ain Defla, Alger, Blida, Bouira, Tizi Ouzou et Constantine. Les participants à cette édition sont confinés dans divers métiers allant de la production et des services, à l’instar de la joaillerie et fabrication des bijoux, produits de beauté, du cuivre, sculptures sur bois, poteries, produits de l’apiculture, peinture, mosaïque et vannerie. Organisé par la direction du tourisme et de l’artisanat, ce salon vise à mettre en valeur l’artisanat local dans toute sa richesse, sa diversité, ancien et moderne, connu dans la région de Mostaganem et également pour donner une occasion aux artisans pour commercialiser leurs produits et autres œuvres dignes d’intérêts.
Ce rendez-vous, qui a permis aux visiteurs de la wilaya de Mostaganem en cette période de vacances de printemps de connaître les différentes étapes dans la réalisation des œuvres et produits de l’artisanat, regroupe divers ateliers de travaux manuels, à l’instar notamment de la poterie, des bijoux traditionnels, de cuivre et de produits du miel et dérivés.
Un artisan, spécialisé dans le textile synthétique, Belkacemi Ali de Chlef a déclaré, à l’APS, que ce genre de manifestation aide à faire connaître cette profession basée sur la valorisation des métaux, tels que le cuivre, le fer et leur transformation en œuvres d’art, lesquelles peuvent facilement être écoulées sur le marché. Pour sa part, une artisane spécialisée dans la céramique et la mosaïque (Tizi Ouzou) a fait savoir que sa participation à ce salon est importante pour les artisans pour commercialiser leur produit et également pour connaître tous ceux qui accordent un intérêt à l’artisanat et œuvres d’art qui concourent à la sauvegarde de ce legs culturel, à l’identité et au patrimoine local de chaque région. Un autre artisan spécialisé dans le travail du cuivre, Benabdelmoumen Mohamed Amine (Mostaganem) a, quant à lui, appelé à l’organisation de manifestations similaires durant toute l’année et dans différentes wilayas du pays, comme soutien aux artisans pour compenser les charges qui pèsent sur la production de leurs œuvres. Les artisans subissent de plein fouet la concurrence étrangère de cette déferlante des produits «Made in» et autres produits issus de la contrefaçon importés et trouvent souvent des difficultés pour s’approvisionner en matière d’œuvre, a-t-il ajouté. n