Le monoxyde de carbone (CO) continue de défrayer la chronique à Tlemcen. En effet, un accident domestique tragique ce week-end dans la soirée, au niveau de haï Nassim à Imama, dans la commune de Mansourah (Grand-Tlemcen). Le drame s’est produit au sein d’une famille composée d’un jeune couple et deux enfants en bas âge, en compagnie de laquelle se trouvaient deux voisines. Après avoir fait prendre un bain à ses deux enfants, un nourrisson et un garçon, la maman s’aperçoit qu’ils sont pris de maux de tête avec des nausées, selon le témoignage d’une voisine. Elle appelle sa mère qui habite un peu plus loin. De plus en plus inquiète et en attendant l’arrivée de cette dernière, la maman sollicite sa voisine de palier, qui arrive sur le champ. La voisine lui dit de ne pas s’inquiéter, c’est juste l’effet d’un bain pris « la nuit », en vertu de la superstition. Elle reste un bon moment dans l’appartement où circulait insidieusement le « tueur silencieux ». Inquiète du retard de cette dernière, sa fille la rejoint chez la voisine éplorée où elle trouve les deux femmes qui discutaient. La belle-mère appelée auparavant arrive sur les lieux. Elle frappe à la porte, personne ne répond. Intoxiqué, le père de famille, chancelant, arrive difficilement à toucher la serrure avant de s’affaisser sur le sol en perdant connaissance. Alertés, les éléments de la Protection civile de l’unité principale d’Imama interviennent sur les lieux ; ils portent secours aux victimes intoxiquées par les émanations du CO se dégageant du chauffe-eau, en l’occurrence le père (38ans), la mère (36ans), les deux enfants (4 ans et
4 mois), la voisine (65ans) et sa fille (26ans).
En dépit de l’oxygénation prodiguée sur place, la sexagénaire succombera à l’intoxication lors de son évacuation aux UMC de l’hôpital de Tlemcen où seront également admis les 5 autres victimes dont les jours ne sont pas en danger, selon la chargée de communication auprès de la DPC de Tlemcen. Dans ce sillage, un autre drame est survenu à Maghnia, et plus exactement dans une villa à la cité Wassini, où une famille de 3 personnes a péri suite a priori à une asphyxie au monoxyde de carbone ; il s’agit de la mère, de la fille et du fils. Une enquête judiciaire est ouverte par la police territorialement compétente pour déterminer les causes et les circonstances de ces deux drames.