Feriel Gasmi Issiakhem, designer d’espaces et d’objets, commissaire d’expositions, a représenté l’Algérie au Sommet du design de Paris, qui s’est clôturé hier, en donnant deux conférences dans la section «Résilience et Bien commun» et en participant à plusieurs ateliers de réflexion sur la question de la durabilité.

Lors de ses conférences, Feriel Gasmi Issiakhem a présenté le projet «Suberferki» et la réhabilitation d’une friche urbaine en ateliers d’artistes et résidence, en l’occurrence «les Ateliers sauvages» qui ont été demandés par le comité de sélection de l’une des plus importantes manifestations de design au monde. Le Sommet de Paris est ainsi l’occasion, pour la designer algérienne de présenter en premier le projet de la réhabilitation du liège d’Algérie dans le secteur du bâtiment et du design intitulé «Suberferki». Grâce à ce dernier, la designer algérienne a été lauréate du 1er Prix du challenge de l’innovation dans la construction lancé en décembre 2018 par le Centre d’études et de recherches intégrés au bâtiment (Cnerib), soutenu par le gouvernement algérien pour sa réalisation.
Le second projet concerne une réflexion et recherches autour d’une période phare de la construction d’Alger, période 1933, avec le projet témoin «Les Ateliers sauvages» au 38, rue Didouche-Mourad. Un site réhabilité par l’architecte designer pour une reconversion en ateliers pour artistes, auprès du maître d’ouvrage et de la fondatrice, Wassyla Tamzali.
Un espace revitalisé d’une manière dynamique qui vient de fêter ses trois années d’activités et d’engagements auprès des artistes. L’Agence mondiale du design, organisatrice de l’événement, a pour mission de faire avancer les politiques internationales du design interdisciplinaire en mettant en place des lieux de discussion, des outils de gestion de la communauté et des plateformes d’échanges intégrés aux grands agendas internationaux pour développer un monde meilleur grâce au pouvoir du design. L’objectif étant de faire de la stratégie cadre mondiale du design durable, un vecteur de changement important en design durable au cours des prochaines années, en partenariat étroit avec les Nations unies et ses objectifs de développement durable pour 2030. Lors de ce sommet, qui s’est clôturé hier, plusieurs thèmes ont été abordés à l’instar de celui de durabilité et bien commun, des nouvelles pratiques collaboratives, des nouveaux cadres d’actions, avec 12 sujets phares : résilience, responsabilité et éthique, outils et innovation, perturbations, enjeux globaux, interdisciplinarité, villes et régions, secteur privé, éducation culture et design, indicateurs, gestion et enfin politiques.
Design et architecture pour un développement durable
Pour rappel, en décembre 2018, a été organisé, le concours «Challenge innovation dans la construction», organisé par le Cnerib, soutenue par le ministère de l’Habitat de l’Urbanisme et de la Ville en partenariat avec l’Anvredet (innovation et valorisation de la recherche technologique). Feriel Gasmi Issiakhem a remporté le Premier prix avec son projet «Suberferki» où elle se lance dans un nouveau défi d’envergure autour de la recherche et de la réhabilitation du liège algérien dans le bâtiment, design sous plusieurs formes. Dans la présentation de ce projet, il est souligné qu’elle aspire à créer, avec le soutien de l’Anvredet, un vrai laboratoire de recherches dans ce sens afin d’en faire profiter le plus grand nombre de personnes engagées, comme elle, dans l’efficacité énergétique et la durabilité et redonner ses titres de noblesse à cette matière revue et développée grâce au design.
A cet effet, elle sensibilise les maîtres d’ouvrages avec qui elle travaille, afin d’accepter de jouer le jeu avec elle pour montrer que cela fonctionne et promet de montrer un logement témoin avant la fin de l’année 2019 avec des produits qui, selon elle, révolutionneront le mode de pensée, relatif à cette nouvelle forme de liège pour le bâti. Fin janvier 2019, elle sera également présente en Tunisie, à la première édition de «Archi World d’ Africa», invitée pour représenter l’Algérie par les organisateurs autour du thème «Architecture, design et transversalité», aux côtés de plusieurs professionnels tunisiens et internationaux. Le but étant d’établir une charte globale impliquant tous les pays africains à collaborer ensemble avec une liste qui ne cessera de s’agrandir avec tous les professionnels du secteur pour un travail collaboratif et inclusif , en échangeant et en collaborant pour une meilleure architecture en Afrique , un design durable et des projets de recherches ensemble.
Par ailleurs, pour la 22e Triennale de Milan, qui se tiendra du 28 mars au 1er septembre, prochain au palais de La Triennale, elle est nommée officiellement, avec Zoubir Hellal, par le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, commissaire du Pavillon Algérie pour accompagner les designers et architectes, présents à ce grand évènement organisé par la le Bureau international des expositions (BIE) dont l’Algérie est membre.n