Cinq jours après l’horrible assassinat du gérant de la pharmacie de Aïn Fakroun, les présumés auteurs ont été arrêtés après les investigations approfondies des éléments de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya. L’exploitation des informations et preuves relevées sur les lieux du crime par les éléments de la police scientifique, en collaboration étroite avec les enquêteurs du service de police judiciaire de la Sûreté de wilaya, s’est soldée par l’identification des présumés assassins, des repris de justice, âgés de 25 à 28 ans. Les faits remontent au 14 février dernier, vers 2h30, lorsque les mis en cause se sont emparés de 28 boîtes de comprimés psychotropes et du contenu de la caisse du jour, 6 000 DA, et ce après la neutralisation de la victime.
Les malfaiteurs lui ont lié les membres, fermé la bouche avec du scotch d’emballage, avant de l’étrangler et de prendre la fuite.
Les 4 individus, dont un gardien de nuit, ont été déférés lundi devant le Parquet de Aïn Fakroun et écroués par le magistrat instructeur pour constitution de groupe de malfaiteurs, homicide volontaire avec préméditation, vol nocturne avec dégradation et non-dénonciation d’un crime. Le président du Syndicat national des pharmaciens d’officine (Snapo), M. Belambri, n’avait pas manqué d’exprimer son inquiétude quant à l’augmentation du nombre d’agressions contre la corporation en raison de l’ampleur que prend le phénomène du trafic de psychotropes, à l’occasion de l’assemblée générale des adhérents au Syndicat de la wilaya d’Oum El Bouaghi.
Par ailleurs, les circonstances du crime dont a été victime un jeune âgé de 26 ans, à Aïn Beïda en janvier dernier, ont été élucidées par les éléments de la police judiciaire de la 4e Sûreté urbaine de Aïn Beïda. Quatre suspects ont été arrêtés et déférés devant le Parquet de Aïn Beïda,
le 17 février 2019, pour constitution de groupe de malfaiteurs, homicide volontaire avec préméditation et vol.
Pour rappel, les faits remontent au 27 janvier 2019, suite à une information parvenue aux services de police faisant état de l’accueil par le service des urgences de l’Etablissement public hospitalier Dr Zerdani de Aïn Beïda d’un individu grièvement blessé au niveau de la tête. Ce dernier succombera le 2 février 2019 à ses blessures au CHU de Constantine où il avait été évacué. Les investigations approfondies des enquêteurs ont prouvé que la victime a fait l’objet d’un homicide volontaire planifié, commis par 4 suspects âgés de 25 à 38 ans.
Concernant les circonstances, il ressort des conclusions des investigations que les suspects ont jeté la victime du haut d’une falaise avant de s’emparer de son troupeau d’ovins, contrairement aux données préliminaires avancées faisant état d’une simple chute de la victime au lieudit El Kef, près de la forêt de Bouakouz, à la périphérie de Aïn Beïda.n