Pour revendiquer la permanisation dans leur poste, un groupe de travailleurs de l’Etablissement public hospitalier de Tabia, distante d’une trentaine de kilomètres de Sidi Bel Abbès, a bloqué dimanche la route nationale (RN) 95, interdisant aux automobilistes d’y circuler. Les travailleurs, recrutés dans le cadre du dispositif Anem depuis l’ouverture de l’EPH de Tabia, en juin 2017, ont réclamé leur titularisation dans leurs postes respectifs, afin de bénéficier de tous les avantages dont jouissent les fonctionnaires titulaires, notamment l’augmentation de salaire. Un dispositif sécuritaire a été mis en place pour réguler la circulation des véhicules et éviter tout débordement des contestataires. Les protestataires n’ont accepté de quitter les lieux et ouvrir la route que lorsqu’ils ont obtenu des garanties du chef de daïra de prendre en charge leurs revendications et de faire le nécessaire dans les limites de ses prérogatives. La titularisation des fonctionnaires dans le cadre de l’Anem se fera suivant les postes budgétaires affectés à l’EPH par la Fonction publique et en fonction d’un concours de recrutement, a-t-on appris. L’hôpital de Tabia, de 60 lits, doté des services de médecine interne, pédiatrie, chirurgie générale, génécologie, mammographie, d’un laboratoire, d’un scanner, et de blocs administratifs, est censé offrir 250 postes d’emploi directs afin de résorber le chômage dans la localité, sauf que la réalité est toute autre. Il fonctionne avec un personnel médical et paramédical détaché de l’EPH de Ben Badis et des agents de sécurité détachés de l’APC de Tabia et des travailleurs recrutés dans le cadre de l’Anem.