L’Algérie réalise des progrès « considérables» en matière d’offres de soins qui ont atteint des «normes universelles», notamment par rapport aux pays du même Continent, estime la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS AFRO) pour l’Afrique, Matshidiso Moeti.
« Je suis très impressionnée et très encouragée par tout ce qu’a pu faire le gouvernement algérien durant les décennies passées pour améliorer la prise en charge sanitaire de la population», a déclaré, jeudi à Alger,
Mme Matshidiso Moeti, à l’issue de l’audience que lui a accordée le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.
L’Algérie a presque « atteint les normes universelles et a également réalisé beaucoup de progrès dans la prévention des maladies, y compris les non transmissibles », a relevé la même responsable, espérant que « dans le futur, nous pourrions faire bénéficier les 47 pays africains, membres de l’OMS, de cette expérience notamment pour la formation des cadres ainsi que la gestion de la ressource humaine », a-t-elle dit. Ceci d’autant que beaucoup de pays africains sont en manque dans le secteur de la santé d’une ressource humaine compétente, et « une éventuelle coopération avec l’Algérie, leader dans le Continent, serait bénéfique», a ajouté Mme Matshidiso Moeti, non sans saluer le rôle «important» et «actif» que joue l’Algérie au sein de l’OMS AFRO. «L’Algérie participe régulièrement aux réunions de concertation et de coordination entre les Etats membres de la région africaine», a-t-elle noté lors de la visite officielle de trois jours en Algérie (1er-5 février).
En dépit du satisfecit exprimé par la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé, il y a lieu de relever que les professionnels de la santé ne cessent de pointer du doigt la politique sanitaire du pays et de soulever des «défaillances et dysfonctionnements» qui rendent leur tâche de plus en plus ardue.n