Un docker âgé de 25 ans, et répondant aux initiales de N. M. Y., a été admis, jeudi vers midi, au pavillon des urgences chirurgicales du Centre hospitalo-universitaire Ibn-Rochd (Annaba) après avoir reçu un coup de couteau en plein cœur, a-t-on appris de source médicale.
Une violente dispute a éclaté à l’intérieur de l’Entreprise portuaire de Annaba (EPAn) entre deux collègues. L’un des deux protagonistes a sorti une arme blanche et l’a plantée dans le thorax de sa victime. Manque de chance, l’objet contendant a perforé le cœur du docker, causant une importante plaie cardiaque. La victime a été immédiatement transportée vers le pavillon des urgences chirurgicales du CHU Ibn-Rochd dans un état très grave. Les équipes médicales ont durant près de deux heures procédé à la suture de cette plaie cardiaque pour sauver la victime de cette rixe.
A l’heure où nous mettions sous presse, la victime semble tirée d’affaire. Elle est maintenue en observation au niveau du service de réanimation du CHU Ibn-Rochd.
Comment le docker a pu faire entrer une arme blanche à l’intérieur de l’EPAn alors que les policiers sont censés procéder à la fouille minutieuse de chaque personne qui entre ou sort du port ? Une énième faille sécuritaire à Annaba où, en une semaine, plusieurs agressions à l’arme blanche ont été enregistrées, provoquant la mort de deux personnes et deux blessés graves.
Mercredi 6 février, c’était un étudiant international de nationalité zimbabwéenne qui succomba à ses blessures après avoir été agressé à l’arme blanche. Cinq jours plus tard, c’était un chauffeur de taxi clandestin qui s’était fait voler sa voiture après avoir reçu un coup de couteau à la cuisse.
Le lendemain, un autre chauffeur de taxi clandestin a été sauvagement assassiné à la plage de Djenen El-Bey (dans la commune de Seraïdi). La célérité systématique de la police a permis d’arrêter tous les mis en cause, sauf dans l’affaire du vol de véhicule, où les coupables ont réussi à prendre la fuite, en laissant derrière eux leur butin. Quand il s’agit de traquer les criminels, il n’y a aucun doute, la police de Annaba est très efficace.
Le volet prévention reste, quant à lui, le talon d’Achille des policiers de Annaba. Mais les choses semblent commencer à changer.
Le chef de Sûreté de wilaya, Ibrahim Aggoun, a supervisé dans l’après-midi de jeudi une opération «coup-de-poing» pour lutter contre toute forme de criminalité et arrêter toute personne en possession de drogues ou d’armes blanches.<