La Catalogne en perd son latin. Entre Philippe Coutinho et le Barça, ça ne prend décidément pas. Un peu plus d’un an après son transfert de Liverpool, le Brésilien est loin d’afficher le niveau qui en avait fait une star chez les Reds. Et convaincu Barcelone de débourser 160 millions d’euros, bonus compris, pour l’arracher au club de la Mersey. Coutinho avait pourtant réussi quatre premiers mois plutôt prometteurs sous le maillot blaugrana. Et sa fin de saison en boulet de canon, avec cinq buts lors des trois dernières journées de Liga, laissait penser que le meilleur était encore à venir.
Pour l’instant, c’est tout le contraire. Et c’est même de pire en pire. Après une entame d’exercice plutôt discrète, Coutinho traverse désormais une période de disette des plus inquiétantes. Sur ses onze matches de Liga, le Brésilien n’a réussi qu’une passe décisive. Si le Barça prône l’indulgence et la patience, les médias catalans n’hésitent pas à parler de crise au moment d’évoquer la situation du numéro sept barcelonais. Et s’il est encore trop tôt pour parler d’accident industriel, cette issue n’est plus à exclure désormais.
Quel est son poste ?
Quand le Barça avait choisi Coutinho, c’était pour anticiper le départ d’Andrés Iniesta et en faire son successeur. Dans un style totalement différent du mythique milieu espagnol, le Brésilien était attendu pour tenir le côté gauche de l’entrejeu dans le traditionnel 4-3-3 barcelonais. Il s’était montré très performant à Liverpool dans un rôle de milieu offensif qui lui permettait d’exprimer à la fois son talent créatif et sa capacité à être décisif. Et la perspective de pouvoir aussi l’aligner sur un des deux côtés de l’attaque lui donnait une autre possibilité de faire parler ses qualités.
La polyvalence pouvait être l’un de ses atouts. Cela ressemble plutôt à un défaut. Quand il est en attaque, le Brésilien ne parvient pas à faire des différences. Quand il est au milieu, il peine à être influent et à se fondre dans le jeu collectif si particulier du FC Barcelone. Coutinho semble entre les deux postes et n’est finalement performant à aucun des deux. «Peut-être qu’il n’est pas assez offensif pour jouer en attaque et trop pour être au milieu», résume Jorge Ordas, journaliste sur eurosport.es.

Quel est son style ?
C’est certainement le plus paradoxal. Au moment d’évoquer l’échec actuel de Coutinho, la presse catalane considère notamment que le Barcelonais est trop prévisible en attaque. Un défaut qui était loin de sauter aux yeux quand le Brésilien portait les couleurs de Liverpool. «On savait qu’il allait dribbler, on savait qu’il était tranchant en contre-attaque et qu’il était particulièrement dangereux quand il rentrait vers l’axe pour frapper aux abords de la surface, témoigne Alex Chick, journaliste sur eurosport.co.uk. Mais entre savoir ce qu’il allait faire et l’arrêter, il y avait une grande différence.»
Les difficultés du Brésilien à s’adapter au style de jeu barcelonais surprennent aussi en Angleterre. «A Liverpool, il ne ressemblait vraiment pas à un joueur taillé pour un système spécifique», poursuit Alex Chick.
Mais la philosophie de jeu propre au Barça est unique en son genre. «Il n’a pas le contrôle sur le jeu des joueurs formés au Barça, explique Jorge Ordas. Les recrues sont souvent labellisées comme le nouveau Iniesta ou le nouveau Xavi. Mais ce n’est pas possible. Le Barça, c’est un style hermétique qui ne laisse pas de place au changement.»

Quel sera son avenir ?

A court terme, compte tenu du rendement famélique de Coutinho, la question de le reléguer sur le banc se pose de plus en plus dans les médias catalans. Le Brésilien n’a pas été performant durant l’absence d’Ousmane Dembélé pour blessure. Il n’a pas gagné de crédit. Coutinho en a même perdu tant il a souffert de la comparaison avec Malcom lors du Clasico en demi-finale aller de la Coupe du Roi (1-1). Le montant investi par le Barça pour son transfert semble aujourd’hui l’immuniser. «Ce sera toujours plus facile de mettre sur le banc un joueur qui a coûté moins cher», confirme Jorge Ordas. A moyen terme, c’est la question d’un transfert qui se pose. Le Barça, qui aurait récemment sollicité un emprunt de 140 millions d’euros pour financer sa dette, pourrait y trouver son intérêt. «Il se dit que la situation financière de Barcelone n’est plus aussi bonne, avance Jorge Ordas. Mais s’ils vendent Coutinho, la question est de savoir combien les dirigeants barcelonais sont prêts à perdre.» Dans ce cas, les clubs anglais pourraient faire le jeu du Barça. Un en particulier. «Les gros clubs anglais ont des moyens important et Chelsea est un prétendant évident en cas de départ de Hazard, reconnaît Alex Chick. Coutinho, c’est le choix le plus logique pour remplacer le Belge.» Si le Brésilien s’avère être un échec industriel, le Barça devrait quand même pouvoir l’atténuer.<