La première édition du Salon national des jeunes investisseurs a ouvert ses portes mardi 12 février en présence du wali et du P/APW de Tizi Ouzou. Le Salon, qui prendra fin aujourd’hui, domicilié à l’Auberge de jeunesse de Tala-Allam, à la sortie ouest de Tizi Ouzou, a vu la participation d’une trentaine d’opérateurs économiques.

Des organismes impliqués dans le processus d’investissement, banques, assurances et dispositifs étatiques d’aide à l’emploi, ainsi que la Chambre de commerce locale accompagnent cet événement dédié à la promotion de l’investissement et l’entreprenariat local. Une exposition permanente, des conférences et tables rondes, des formations gratuites au profit des jeunes portant sur plusieurs aspects liés à l’investissement et un concours du meilleur projet sont au programme de cette manifestation. Deux séminaires de formation sont aussi inscrits au menu dont l’un sur la compréhension des «principales dispositions du code des marchés publics et des délégations du service public» et l’autre sur la «prospective sur l’état des lieux et l’économie numérique en Algérie». La direction locale de l’emploi organisera une table ronde de vulgarisation des mesures d’encouragement et d’appui à la promotion de l’emploi, contenues dans la loi 06-24 du 11 décembre 2006. «Ce salon a valeur de vitrine pour tous ces jeunes qui ont pris leur courage à deux mains et se sont lancés, avec détermination, dans le monde de l’entreprise qui possède ses exigences et impose la constance et l’effort soutenu. Ces jeunes qui, j’ose le dire avec fierté, ont réussi à réaliser leurs projets apportant leur concours, à l’économie locale, représentent des exemples à suivre et à encourager», dira le wali de Tizi Ouzou, dans son intervention inaugurale de ce salon. Selon lui, «ce salon permettra aux jeunes entrepreneurs de partager leur savoir-faire avec leurs pairs auxquels ils délivreront des informations utiles sur leurs entreprises respectives». «Les succès enregistrés dans des délais réduits prouvent que les jeunes investisseurs ont fait des choix judicieux en se mettant à l’ouvrage mus par la volonté saine de réussir. Ils constituent aussi la preuve irréfragable que les pouvoir publics ont vu juste lorsqu’ils ont mis en place des dispositifs destinés à aider les jeunes. Et à se prendre en charge, à révéler leurs talents et à relever les défis auxquels sont confrontés tous ceux qui entreprennent de créer de la richesse et de contribuer, à leur manière, à l’effort de développement national», ajoutera le wali.
Il a promis d’engager «tous les cadres et tous les responsables des structures (banques, assurances, institutions d’Etat, bureaux d’études) qui sont chargés d’accompagner les porteurs de projets, à tout mettre en œuvre pour que toutes les conditions de réussite soient assurées à nos jeunes». Signalons que la clôture du Salon sera marquée par l’organisation de la finale d’un concours pour la sélection de trois meilleurs projets parmi une dizaine de concurrents sélectionnés depuis un mois et demi. n