Liverpool a engrangé un bénéfice net record de 106 millions de livres sterling (120 millions d’euros) en 2018 malgré avoir dépensé plus de 190 millions de livres (216 millions d’euros) en transferts selon ses résultats financiers. Si tout va pour le mieux sur le plan sportif, Liverpool est actuellement co-leader de Premier League (avec un match en moins) et en 8es de finale de la Ligue des champions, le club du nord-ouest de l’Angleterre se porte également très bien sur le plan financier. Les résultats financiers annoncés vendredi montrent en effet un bénéfice net record de 106 millions de livres sterling (120 millions d’euros) en 2018 malgré avoir dépensé plus de 190 millions de livres (216 millions d’euros) en transferts. Le bénéfice avant impôt est de 125 millions de livres (140 millions d’euros), une hausse de près de 200% en un an expliquée par l’augmentation des revenus sur et en dehors du terrain. Les Reds ont notamment atteint la finale de la Ligue des champions, et ont vu leur recette de droits TV, sponsoring et billetterie augmenter.

Les recrues estivales pas prises en compte
Plus de 150 millions d’euros ont aussi été récupérés grâce aux transferts, notamment celui de Philippe Coutinho à Barcelone pour 160 millions d’euros, compensant les achats de Mohamed Salah, Alex Oxlade-Chamberlain, Andrew Robertson, Dominic Solanke et Virgil Van Dijk. Mais les résultats annoncés ne tiennent pas compte des récents achats de Naby Keita, Fabinho, Xherdan Shaqiri et Alisson Becker pour environ 190 millions d’euros. «Les résultats financiers dépendent des transferts et des dates de paiement, mais ils prouvent le renforcement de notre structure financière et que les bénéfices sont réinvestis dans l’équipe et les infrastructures», s’est satisfait Andy Hughes, directeur financier de Liverpool. Le précédent record, 90 millions d’euros de bénéfice après impôts, était détenu par Leicester en 2017, la saison suivant leur titre surprise de champion d’Angleterre. Liverpool est le 7e club le plus riche du monde selon la liste de référence établie par le cabinet Deloitte en janvier 2019, avec 514 millions d’euros, le Real Madrid étant en tête (750 millions d’euros).