Présent à l’ouverture de la 28e édition de la Foire internationale du livre de La Havane, dont l’Algérie est l’invitée d’honneur,  le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a insisté,  jeudi dernier au cours de la cérémonie d’inauguration de la manifestation, sur la profondeur des relations historiques et culturelles entre les deux pays ; indiquant notamment qu’une «première  grande avancée était actuellement en cours, avec l’aboutissement d’un projet de traduction d’œuvres littéraires et cinématographiques algériennes en langue espagnole et au profit du public cubain ». Il ne manquera pas à ce titre de remercier les autorités cubaines, qui ont notamment pris à leur charge «la traduction des travaux d’écrivains et historiens algériens, ainsi que le doublage de longs métrages en espagnol. Cela constitue une première du genre dans l’histoire de nos relations culturelles et permettra au public cubain d’apprécier la diversité et la richesse de la culture algérienne ». Dans un discours prononcé en présence de son homologue cubain, Alpidio Alonso, ainsi que de plusieurs responsables du secteur cubain de la culture, le ministre a fait savoir que cette participation algérienne, organisée  à la demande des autorités cubaines, était étroitement liée à l’histoire des relations entre les deux pays. Marqués tous deux, explique-t-il, par leurs luttes pour l’indépendance, soulignant que «l’Algérie et Cuba sont liées par des relations historiques remontant aux luttes des deux peuples pour leur liberté et leur honneur». Ajoutant, par ailleurs, que la participation algérienne à cette édition 2019 du rendez-vous de La Havane, année de célébration des 60 ans de la victoire de la révolution cubaine, constituait une «extraordinaire coïncidence», la culture devra ainsi constituer à l’avenir, pour Azzedine Mihoubi, «le ciment» renforçant ces relations historiques et «le pont» pour la promotion de la coopération entre les deux nations. La tenue de la 28e Foire internationale du livre de La Havane étant ainsi une occasion pour l’Algérie pour présenter «sa civilisation, son histoire, ses créations au travers d’un riche programme culturel ». A cette occasion, le ministre cubain de la Culture a indiqué que les  relations entre son pays et l’Algérie «sont distinguées, fraternelles et placées au-dessus de tout intérêt économique et sont empreintes de sentiments, d’amitié et d’engagement en faveur d’une cause commune, qu’est la justice », rapporte l’APS. Ces relations sont « surtout reflétées par l’amitié liant M. Abdelaziz Bouteflika à Raul et à feu Fidel Castro…. », a déclaré   Alpidio Alonso Grau, qui a salué dans ce cadre, «la défense par l’Algérie de la cause cubaine dans les foires internationales et sa lutte contre l’embargo imposé sur Cuba». De son côté, le président de l’Institut cubain du livre et du Comité  organisateur de la foire, Juan Rodriguez Cabrera, a estimé que la présence  de l’Algérie en tant qu’invitée d’honneur à la Foire internationale du livre de la Havane, témoigne «des fortes et historiques  relations de coopération existantes entre les deux pays et qui englobent différents domaines, y compris culturel».n