L’équipe de Los Angeles a été éparpillée par les Pacers à Indianapolis mardi soir (136-94), la plus cuisante défaite subie par LeBron James après seize ans de carrière en NBA. LeBron James va pouvoir s’aérer l’esprit.
Les Lakers ne rejouent que jeudi soir à l’occasion d’un duel à la saveur toujours particulière face aux Celtics au TD Garden. Juste avant (1h du matin), le « boss » de la NBA aura participé à la deuxième Draft de l’histoire du All-Star Game. Nommé capitaine de la conférence Ouest, il aura l’occasion de choisir ses coéquipiers pour le match de gala (17 février à Charlotte) dont, pourquoi pas, Anthony Davis. D’ici-là, à peu près tous ses actuels coéquipiers aux Lakers auront peut-être été envoyés à New Orleans en échange du même Davis.
Le staff de la mythique franchise violine et or aurait en tout cas fait une offre en ce sens (Ball, Caldwell-Pope, Hart, Ingram, Kuzma, Zubac plus deux premiers choix de Draft contre Davis), refusée semble-t-il.
Ce qui pourrait expliquer, raccourci facile mais tentant, la distance prise par James, vu seul au bout du banc à Indianapolis. En fait, James a plus ou moins l’habitude de ce type de comportement, quelque soit le contexte. Mais là, il était terrible. Les Lakers ont explosé dès l’entame (10-2, 3e) et n’ont jamais été dans le match face à des Pacers héroïques d’adresse (19/34 à 3 points) avec cinq joueurs à plus de 15 points. Ils ont poussé le ridicule au point de parfois se gêner eux-même pour un simple rebond. Au final, il s’agit de la pire défaite (-42, 136-94) de la carrière NBA de LeBron James, pourtant lancée en 2003. Et encore, son précédent « record », -36, avait été établi une fois il y a plus de 10 ans, en play-offs à Washington (108-72), puis une autre en 2013 en finale chez les Spurs (113-77), ce qui est incomparable.
LeBron, qui disputait là son deuxième match après un mois d’absence, ne s’est pas éternisé sur le parquet (18 points, 7 rebonds, 9 passes et 6 balles perdues en 30 minutes). Il a mis ce dérapage incontrôlé en partie sur le compte du décalage horaire puisque les Lakers n’avaient plus quitté la Californie depuis deux semaines…
Mais difficile de ne pas le corréler avec les rumeurs de transferts, surtout avec des supporters des Pacers hurlant aux Lakers : « LeBron va te transférer ! » n