La Conservation des forêts de Sidi Bel Abbès a réservé 5 500 hectares de terrain forestier à travers 27 zones forestières pour leur exploitation dans le domaine agricole. Ces terrains sont destinés à la plantation d’arbres fruitiers sur une superficie de 775 hectares, 419 hectares sont réservés à la plantation des plantes médicinales et aromatiques et 4 308 autres hectares sont réservés à la plantation d’arbres forestiers. Des projets qui s’inscrivent dans le cadre de la politique du développement rural qui vise la fixation des populations dans leurs zones et développer l’agriculture via l’exploitation forestière. L’investisseur jouira du droit d’exploitation de la forêt de 20 à 90 années suivant la nature de l’investissement et en contrepartie, la Conservation des forêts gardera le droit de contrôle de la gestion du site, précise-t-on. La Conservation des forêts avait également octroyé 2 237 hectares dont ont bénéficié 423 agriculteurs à travers 19 localités, ayant désiré investir dans la plantation d’arbres fruitiers, de pépinières, d’élevage apicole et autres activités agricoles.
Par ailleurs, et dans le cadre de la jouissance, 618 personnes habitant à proximité des zones forestières ont bénéficié de terrains forestiers qu’ils ont exploité dans l’élevage des abeilles et la culture fourragère. La Conservation des forêts avait concédé une superficie de 1 627 hectares de forêts pour faire bénéficier le nombre d’agriculteurs. Confrontés à nombreux problèmes, les investisseurs dans le cadre de l’exploitation des terrains forestiers, avaient saisi l’opportunité de leur rencontre avec le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, pour revendiquer l’électricité rurale et les autorisations pour le forage de puits, afin de pouvoir irriguer leurs vergers et lancer leurs projets d’élevage.