Dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le cancer, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a affirmé, lundi à Alger, que son département assurait jusqu’en ce début d’année 2019, dans le cadre de la prise en charge médicale du patient, une « contribution forfaitaire » de 88 milliards de dinars au financement annuel des hôpitaux. La sécurité sociale, a-t-il ajouté, couvrait le remboursement de plus de 4 000 médicaments y compris les médicaments anticancéreux.
Mourad Zemali a indiqué que le plan anticancer 2015/2019 mobilise tous les secteurs « dans le cadre d’une approche stratégique qui place le malade au centre de ses préoccupations », une approche où le secteur du Travail et de la Sécurité sociale et celui de la Santé assument « une mission principale qui ne se limite pas uniquement aux soins médicaux mais qui touche, outre aux aspects de la prévention, à d’autres aspects à l’instar du dépistage précoce et de la prise en charge sociale, psychologique et financière des malades ».
Le ministre a mis en avant le « rôle des services de l’Inspection du travail à travers le territoire national dans les opérations de contrôle des conditions de travail, le respect des règles de santé et de sécurité » dans les lieux de travail, la recherche des facteurs et agents professionnels cancérigènes. Il a également mis l’accent sur le rôle de l’inspection « dans l’orientation des travailleurs exposés aux risques de cancer vers les services de médecine générale ».
La Journée mondiale de lutte contre le cancer, qui a vu la participation de représentants de l’OMS, de l’Unicef et d’ONU-Sida à Alger, a été l’occasion de passer en revue la stratégie du dépistage précoce organisé du cancer du sein, lancée à Biskra, Laghouat, Jijel, Tlemcen, Constantine, Tipasa et Boumerdès et le dépistage précoce organisé du cancer colorectal à Batna, Annaba, Béjaïa, Boumerdès et Sidi Bel Abbès.
Le Directeur général de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), M’hamed Ayad, a présenté à l’occasion un exposé détaillé sur les médicaments anticancéreux acquis par la PCH au profit des hôpitaux et distribués gracieusement aux malades. La PCH est parvenue, ces dernières années, à fournir tous les médicaments à l’instar des médicaments innovants notamment ceux destinés aux thérapies ciblées, représentant 46% de la facture des médicaments anticancéreux, a-t-il soutenu
S. B.