Sans se plaindre et avec brio, le NA Hussein-Dey est en train de vivre une période très faste. Une qualification à la phase de poules de la Coupe de la Confédération (CAF), une place en quart de finale de Coupe d’Algérie et un podium du championnat de Ligue 1 Mobilis. Situés à une longueur, les « Sang et Or » sont l’une des équipes en forme en Algérie.

Dimanche soir, au stade 5-Juillet 1962 à Alger, le « Nasria » a signé sa 4e victoire lors de ses 5 derniers matchs disputés toutes compétitions réunies.  C’était face aux Angolais d’Atlético Petroleos de Luanda pour le compte de la première journée des groupes de la Coupe de la Confédération CAF. Un succès de 2 buts à 1 est venu confirmer qu’il faudra compter sur les Nahdistes pour la deuxième moitié de saison. Surtout que leur victime dans la compétition africaine restait sur une série de 8 matchs sans défaite. Aussi, les Luandais sont sortis vainqueurs de leur 4 derniers duels. C’est pour dire que la performance des banlieusards d’Alger est très significative sachant la forme de son dernier adversaire.

Calendrier infernal
Pour l’instant, le NAHD tient bien le coup malgré l’agenda démentiel auquel il est soumis. En deux semaines, les coéquipiers du buteur Ahmed Gasmi se sont produits à 5 reprises. Soit une moyenne d’une rencontre tous les trois jours. Un rythme assez soutenu qui a obligé l’entraîneur Meziane Ighil à faire tourner jeudi dernier lors de la mise à jour du championnat face au DRB Tadjenanet. Une opposition qui s’est soldée par un nul (0/0) au stade 20 Août 1955 (Ruisseau).
Le coach était contraint à faire du turn over. Avant-hier, face au représentant de l’Angola, le onze a connu 5 changements. C’est-à-dire une revue de la moitié des joueurs de champ. Allati a remplacé Belaïd, Khacef a pris la place de Brahimi, Ouertani celle de Bousmaha, Gasmi a suppléé Mtonke et Chouiter a substitué Dib. Des choix payants parce que l’équipe a pu tenir le coup physiquement même s’il y a eu une baisse de rythme dans le dernier quart d’heure ayant permis aux visiteurs de réduire la marque.

Du repos après  la JS Saoura
« On a bien réussi nos débuts dans ce match avec une entame fructueuse puisque nous sommes arrivés à inscrire un but. On avait même inscrit un second but qui n’a pas été validé. En seconde période, on savait qu’on n’allait pas tenir et on a tenté de faire le break avec succès. Cependant, avec la succession des matchs déjà joués par l’équipe, la fraîcheur physique nous a bien manqué et cela a été derrière les erreurs commises dont celle du but encaissé.
On a malheureusement terminé difficilement le match. Cependant, ça reste un bon match avec à la clé une victoire qui nous rassure quant à la suite dans cette compétition », a déclaré Ighil au sortir de cette explication africaine assez aboutie. Une performance qui a permis aux siens de partager la première place du quatuor «D» en compagnie des Kenyans de Gor Mahia surprenants tombeurs des Egyptiens du Zamalek SC (4/2). Pas de repos pour la formation qui a terminé 3e du challenge national dans son opus 2017-2018 puisque jeudi, Faouzi Yaya & cie devront rechausser les crampons pour se mesurer à la JS Saoura à Béchar. Par la suite, ils auront un peu de repos. Six jours exactement afin de préparer un périlleux déplacement en Egypte pour défier un Zamalek SC obligé de réagir après son voyage raté au Kenya.