L’œuvre de l’écrivain Rachid Mimouni sera mise à l’honneur et «relue» selon différents axes de réflexion, le mardi 12 février, à la faveur de la Journée d’études «(Re)lire l’œuvre de Rachid Mimouni» qu’organise l’Université 8 Mai 1945 de Guelma, au département des lettres et de langue française. Un comité scientifique et d’organisation, que coordonne Dr. Amel Maafa, a été mis en place pour les besoins de cet événement qui coïncidera avec le 24e anniversaire de la disparition de l’auteur de «La Malédiction», un 12 février 1995. Bien qu’elle ait été «longtemps mise sous silence», comme souligné dans l’argumentaire de ce rendez-vous scientifique et littéraire, cette œuvre demeure d’actualité et invite «à une pensée sur notre condition humaine et à nourrir une réflexion critique», indique-t-on encore. Si les auteurs de l’argumentaire rappellent que les écrits de Rachid Mimouni, qui ont une «portée dénonciatrice», ont traité des sujets divers «tels que la liberté, la justice, la révolte, l’Histoire, le désenchantement», ils signalent également qu’ils ont aussi et surtout une «portée littéraire». La journée d’études se propose d’aborder les aspects thématique et stylistique, de procéder à une étude comparative et de réfléchir sur l’adaptation et la traduction de l’œuvre de l’écrivain. Le programme de la journée s’organisera autour de deux sessions, précédées par une projection d’extraits d’entretiens «avec/autour de Rachid Mimouni». Présidée par le Pr Ahmed Cheniki, la première session, qui a pour thème générique «L’œuvre de Rachid Mimouni, une aventure singulière», sera marquée par quatre communications (dont «Mimouni et ses héros» et «(…) La circulation du temps dans l’œuvre romanesque de Rachid Mimouni»…), suivies d’un débat. Après des «Lectures», la deuxième session abordera «L’œuvre de Rachid Mimouni, entre échos et effets de miroir». Elle sera également marquée par quatre communications, notamment sur l’adaptation cinématographique du roman «L’honneur de la tribu» ou encore sur le sens et la traduction de son œuvre. Deux conférences, en dehors des sessions, seront proposées avant la clôture de cette Journée : la première «Rencontre (presque) imaginaire avec Rachid Mimouni» sera animée par Ahmed Cheniki ; alors que la seconde consistera en une présentation du programme Limag et de la Coordination internationale des chercheurs sur la Littérature maghrébine (Ciclim). R. C.