La cimenterie en cours de réalisation dans la wilaya de Béchar, qui a fait l’objet, lundi, de la visite du ministre de l’Industrie et des Mines Youcef Yousfi, est appelée à satisfaire la demande sans cesse croissante de ciment pour les projets de développement en chantier dans le Grand-Sud du pays. Cette future cimenterie, qui coûtera 28 milliards de dinars au Trésor public, occupe une superficie de 60 hectares à Ben-Zireg (40 km au nord de Béchar) et aura une capacité de production annuelle d’un million de tonnes de ciment.
Ce qui devrait contribuer à la diminution du prix de ce matériau dans le sud-ouest du pays et, par conséquent, réduire le coût de revient des différents projets de développement. Cette nouvelle entité industrielle, qui a été raccordée au réseau électrique et dotée d’un forage pour son alimentation en eau potable, sera mise en service au cours du premier trimestre 2020. Elle devrait également permettre l’approvisionnement en ciment des régions du sud-ouest du pays et la création de 600 emplois directs et quelque 800 autres indirects. Selon les responsables locaux, cette cimenterie, qui appartient au groupe industriel Gica, sera réalisée en conformité avec les normes mondiales en matière de sécurité et d’environnement. A ce titre, le groupe prévoit l’installation d’un filtre et d’une station d’épuration. La réalisation de cette cimenterie a été rendue possible grâce aux gisements de calcaire de Djebel Madou, de gypse de Kenadsa et de schiste dans la région de Ben-Zireg. Elle est localisée à proximité de la RN6 reliant Béchar aux wilayas du nord-ouest et sud-ouest du pays, ainsi que de la voie ferrée Béchar-Oran via Sidi Bel-Abbès. Ce projet, dont les travaux de réalisation ont été lancés en juillet 2017, pour une durée de 32 mois, fera partie des projets structurants à même de garantir l’équilibre de développement dans les régions du Grand-Sud du pays.
Les responsables de ce projet industriel visent, dès l’entrée en phase de commercialisation prévue à la fin du premier trimestre 2020, à satisfaire les marchés local et régional et l’exportation, notamment vers les pays africains en vue de se mettre au diapason des orientations visant l’encouragement des exportations hors hydrocarbures.
Le deuxième site visité par le premier responsable du secteur de l’industrie et des mines est celui du projet d’exploitation du manganèse de Guettara (200 km au sud de Béchar).
Ce gisement, qui a une durée d’exploitation de plus de 30 ans, renferme 3 millions de tonnes. Le manganèse de Guettara est destiné à être utilisé dans les alliages pour la fabrication des aciers spéciaux et aluminium.
Au niveau de ce site, le ministre a déclaré que cette région du sud du pays a vocation à devenir un pôle minier complémentaire et que cette industrie permettra à l’Algérie de diversifier son économie.n