La pierre inaugurale de la ville de Batna sera bientôt une pièce maîtresse du nouveau musée communal de l’APC la ville, inauguré récemment. Cette pierre symbolique de la fondation de la ville coloniale avait été soustraite aux regards durant de longues années. Selon certains témoignages des habitants de la région, durant des années, la famille révolutionnaire s’est toujours opposée à l’exposition de cette pierre du fait qu’elle symbolisait le lourd passé du colonialisme français et qu’elle n’avait pas sa place dans le patrimoine.  Aujourd’hui, les esprits semblent avoir retrouvé leur calme et les mémoires sont apaisées.
C’est dans cet esprit, qu’à l’occasion de  l’inauguration du musée de l’APC de la ville de Batna, au sein même de la bâtisse de l’APC, par le wali de Batna, Abdelaziz Sayouda, le 16 janvier dernier, la pierre inaugurale de la ville de Batna, «témoin de la naissance de l’actuelle capitale des Aurès, en 1844, en présence du duc d’Aumale»,  a été installée à l’extérieur du musée en attendant qu’elle retrouve sa place à l’intérieur. Toutefois, il est à souligner que lors de son extraction, elle s’était cassée en deux. Notons également que le musée n’a pas encore commencé à recevoir les visiteurs pour y découvrir les différents objets exposés à l’instar des registres, de documents, photographies et autres pièces. Selon nos informations, d’autres pièces historiques vont être ajoutées pour enrichir ce musée, principalement des documents sur la toponymie de la ville, ses habitants et autres historiques.n