Le Conseil de sécurité des Nations unies a exprimé de nouveau son «soutien sans réserve» aux efforts déployés par l’Envoyé spécial de l’ONU pour trouver une issue à la question sahraouie. «Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur soutien sans réserve à l’envoyé personnel pour le Sahara occidental, l’ancien président de la République fédérale d’Allemagne, Horst Köhler», a souligné José Singer Weisinger, président sortant du Conseil de sécurité pour le mois de janvier. «Les membres du Conseil se sont félicités de l’exposé de l’Envoyé personnel et sont prêts à continuer de soutenir ce dernier dans l’exercice de son mandat », a ajouté M. Weisinger, ajoutant que les membres du CS «ont accueilli favorablement » la participation des parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc et des pays voisins, l’Algérie et la Mauritanie, aux discussions de la table ronde initiale tenue en décembre dernier à Genève. Les 15 membres du Conseil ont pris note de la volonté de ces derniers à «participer à une deuxième table ronde au premier trimestre 2019», et ont exprimé «leur appui à leur collaboration constante et constructive avec l’Envoyé personnel».
A noter que cette déclaration du Conseil de sécurité intervient deux jours après le briefing de Köhler sur la situation au Sahara occidental. Lors d’une réunion tenue à huis clos, le médiateur de l’ONU a informé le Conseil de sécurité de son intention de se réunir à nouveau avec les différentes parties en février en vue de préparer une deuxième table ronde en mars prochain. L’objectif de ces consultations est de ficeler l’agenda de la nouvelle rencontre, selon des sources proches du dossier. Mardi dernier, le Front Polisario a évoqué dans un communiqué diffusé à New York l’existence d’«une réelle fenêtre d’opportunité» pour le règlement du conflit du Sahara occidental, appelant le Conseil de sécurité à «agir dans l’intérêt du processus de paix». C’est à ce titre que la partie sahraouie a exhorté le Conseil de sécurité à «mettre à profit la dynamique actuelle en prenant des mesures concrètes pour garantir le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination, tel que prévu par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale ».n