L’Ugta et le FCE ont déclaré, avant-hier à Batna, que le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika sera leur candidat au scrutin présidentiel du  18 avril prochain. Avec cette annonce, les deux organisations scellent leur fidélité à l’actuel président.

«La direction nationale de l’Ugta, le Forum des chefs d’entreprises (FCE), les organisations patronales partenaires de l’Ugta et la famille révolutionnaire de Batna apportent leur plein soutien à leur candidat Abdelaziz Bouteflika», a indiqué un communiqué de la centrale syndicale signé par son secrétaire général, Abdelmadjid Sidi-Saïd.
Nous «déclarons solennellement Abdelaziz Bouteflika notre candidat à l’élection présidentielle d’avril 2019», est-il souligné dans le communiqué, rendu public à l’occasion du congrès de la Fédération nationale des enseignants universitaires, tenu dans la capitale des Aurès. Le motif invoqué dans cette motion de soutien est la poursuite et l’approfondissement de «cet inlassable et intense effort pour le développement durable du pays, parachever l’œuvre de consolidation entreprise dans le développement économique, l’épanouissement social au sein d’une Algérie réconciliée, de paix, d’unité, de stabilité et de progrès». L’Ugta dit ainsi soutenir «la poursuite de l’œuvre du Président Bouteflika, qui a généré et générera encore des avancées majeures qu’elles soient démocratiques, républicaines, économiques ou sociales».
Dans son argumentaire du choix d’appeler et de soutenir une candidature du chef de l’Etat pour un autre mandat, l’Ugta a mis en avant «les innombrables acquis tant au plan socioéconomique que sur la scène internationale, où il a réhabilité la notoriété séculaire de notre nation après que notre pays ait accompagné sa propre lutte contre le terrorisme par une politique de concorde civile et de réconciliation nationale adoptée massivement par le peuple, et qui a donné des résultats remarquables». Concernant le monde de travail, l’Ugta souligne avoir enregistré «avec la plus grande satisfaction les avancées sociales concrètes pour le monde du travail par l’amélioration constante des conditions de vie des travailleurs, des retraités et de leurs familles». Sur un autre registre, la centrale syndicale «salue avec enthousiasme les décisions historiques» prises par le président de la République en consacrant la langue tamazight langue nationale et officielle et Yennayer journée chômée et payée».
Pour l’Ugta, il ne fait point de doute que ces importants acquis économiques, sociaux et sociétaux «prennent appui sur la volonté du président de la République d’asseoir et d’approfondir une paix, une unité nationale et une promotion du dialogue social, constituant le socle indispensable de la consolidation de la nation». Elle s’engage, ajoute le communiqué, «à veiller à la préservation de la souveraineté chèrement acquise et de l’unité nationale avec toute son énergie, et assure que cette détermination constitue un véritable rempart contre toute velléité à l’endroit du pays».<