La sentence est tombée. Et elle est maximale pour Hichem Chérif El Ouazzani qui a été suspendu pour quatre (04) ans à compter du 30 janvier 2019. Le milieu de terrain a été déclaré positif à la Benzoylecgonine. Une substance communément appelée « cocaïne ». Ainsi, le Mouloudéen, qui devrait voir son contrat résilié, ne jouera plus avant 2023. Il aura alors 27 ans.

Même s’il a reconnu les faits, le natif d’El-Bahia n’a pas vu sa peine allégée par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP). Cette dernière a jugé que « l’athlète est responsable de la présence de produits dopants dans son organisme, et qu’il doit prouver comment la substance a pénétré dans son organisme, et que ladite substance n’était pas destinée à améliorer les performances sportives ou a masquer l’usage d’une substance améliorant les performances et/ou qu’il n’a commis aucune faute ou négligence significative et a la satisfaction de l’instance de jugement, qui appréciera la gravité des accusations », pouvait-on lire dans le rapport de l’audition.
Par ailleurs, le PV notait que «le joueur Cherif El-OuazanI Hichem, après avoir été entendu par la commission de discipline, n’a pas fourni assez de preuves à sa décharge pour avoir commis ni faute ni négligence au sens du règlement antidopage de la FIFA.» Ainsi, la structure disciplinaire a « en application des règlements : antidopage de la FIFA , articles 06 et 19 et code disciplinaire de la FAF , articles 109 et 110 » infligé à « CHERIF El-Ouazani Hichem-n°licence n°691010001 – joueur MC Alger 04 ans de suspension ferme de toutes compétitions ou activités sportives à compter du 30/01/2019 plus
200.000 DA d’amende. »

Lausanne pour réduire la peine ?
Le sociétaire du «Doyen» ne devrait donc plus fouler les terrains pour les quatre (04) prochaines années. Son bail avec les «Vert et Rouge» sera certainement rompu avec effet immédiat par la direction. Surtout que Kamel Kaci-Saïd, directeur sportif du MCA, avait indiqué, il y a 6 jours, qu’«Il faut savoir que chaque joueur doit assumer ses responsabilités. Maintenant, si la suspension de Chérif El Ouazzani est confirmée, on procédera automatiquement à la résiliation de son contrat. C’est la procédure. Chacun est responsable de ses actes.» Pour faire court, celui qui a déjà été convoqué en équipe nationale « A’ » passera d’un salaire à 7 chiffres au chômage. C’est le début d’une vraie descente aux enfers pour l’Oranais qui devrait certainement saisir le tribunal arbitral du sport de Lausanne (Suisse) avec l’espoir de réduire sa peine à deux années comme ce fut le cas pour Youcef Belaïli. L’ancien usmiste avait réussi à obtenir gain de cause et revenir après deux années de suspension seulement au lieu des  4 qu’il devait purger.
Même s’il n’a pas voulu d’une contre-expertise, et qu’il a regretté les faits, CEO n’a pas eu la clémence escomptée car le règlement est clair. La mauvaise fréquentation est venue gâcher l’avenir du gendre de Si Tahar qui espère que l’exemple de son fils « servira de leçons aux jeunes joueurs qui font pareil et qui ne se sont pas fait prendre jusque-là. Je conseille aussi à ces jeunes de faire très attention à leur entourage et aux gens qu’ils fréquentent, car le mauvais entourage a des conséquences néfastes sur nos jeunes. Je fais enfin un appel aux différents clubs afin qu’ils accompagnent un peu plu leurs joueurs en leur donnant les bons conseils.»