L’ancien correspondant du journal Le Monde à Alger, Paul Balta, est décédé dimanche dernier à Paris à l’âge de 89 ans. Il était considéré comme un ami de l’Algérie et grand connaisseur de la région. Son nom était surtout lié avec la période du président Houari Boumediène et l’Algérie de l’ère socialiste. Une époque charnière sur le plan international marquée par les soubresauts et la volonté d’émancipation des pays « en voie de développement ». Né en 1929 à Alexandrie, Paul Balta a été, de 1970 à 1985, le spécialiste du Proche-Orient et du Maghreb du journal français Le Monde, et particulièrement de l’Algérie au temps du président Houari Boumediène.
Ce dernier disait de lui « qu’il avait du sang arabe » et l’avait pris en sympathie. Balta de mère égyptienne et de père français s’est intéressé dès son jeune âge à cette partie du monde. Il a été l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’Algérie et le monde arabe. Il a écrit, avec Mireille Duteil et son épouse Claudine Rulleau, « L’Algérie des Algériens : vingt ans après ». « En 1948, je fais mes études à Paris au lycée Louis-le-Grand, l’un des meilleurs de l’époque, les professeurs étaient imbattables sur la Grèce, imbattables sur Rome et les Pharaons, mais il n’y avait rien sur le mode arabe et l’Islam. Ça m’a fait un choc, je me suis dit, si les meilleurs sont aussi ignorants qu’est-ce que ça doit être pour l’homme de la rue. Et à ce moment-là, j’ai décidé d’être un passeur, c’est-à-dire expliquer à l’Europe ce que c’était le monde arabe et vice-versa », dira-t-il dans une interview. Le président Boumediène l’avait reçu, en sa qualité de correspondant du Monde, pour 50 heures d’entretiens de 1973 à 1978. L’une des rares interviews de Boumediène en langue française. Toujours avec Claudine Rulleau Paul Balta a été l’auteur de « La Stratégie de Boumediène : textes » et « Le Grand Maghreb : des indépendances à l’an 2000 ». Balta avait rejoint le journal Le Monde en 1970 et est devenu le spécialiste du monde arabe et du monde musulman. Il a couvert les grands événements du Moyen-Orient dont le conflit en Palestine, les guerres du Kurdistan, la Révolution iranienne et la première guerre du Golfe. Balta a été, de 1988 à 1994, directeur du Centre d’études de l’Orient contemporain à l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle, avant de devenir membre du Conseil d’administration de la Fondation René-Seydoux pour le monde méditerranéen, du groupe « Observatoire Méditerranée et Moyen-Orient » de la Fondation pour les études de défense, de la « Section Méditerranée » du Conseil économique et social de PACA (Marseille) et du Comité international du Forum civil Euromed (Barcelone). Depuis sa retraite, Paul Balta a continué à écrire sur ses sujets de prédilections avec « Islam et Islamisme : gare aux amalgames » et « Islam et Coran : idées reçues sur l’histoire, les textes et les pratiques d’un milliard et demi de musulmans ».