L’Alliance de la majorité présidentielle composée du FLN, RND, TAJ et MPA, qui prépare une réunion pour samedi prochain, ne se met pas moins en ordre de campagne pour appuyer une candidature du président Abdelaziz Bouteflika avant même qu’elle ne soit annoncée officiellement.
Mais en révélant le début de la collecte des signatures pour la candidature du président en exercice, le Front de libération nationale (FLN), par la voix de son coordinateur, Mouad Bouchareb, annonce bel et bien la couleur, la candidature de Bouteflika pour un 5e mandat.
Cette réunion est à inscrire selon toute vraisemblance dans la perspective de coordonner la préparation par les quatre formations politiques, appelées visiblement à faire cause commune à l’occasion du scrutin présidentiel du printemps prochain. Il s’agira, en fait, de la première réunion que tiendra l’Alliance depuis la convocation du corps électoral pour le 18 avril. Ce qui est de nature à conférer de l’importance à ce rendez-vous qui verra, sans doute, les premiers responsables FLN, RND, TAJ et MPA aborder l’échéance électorale, du moins dans le volet préparation et coordination des actions.
Il est vrai que les partis politiques composant l’Alliance ne communiquent pas tous de la même manière quant au soutien de chacun à une candidature du chef de l’Etat, mais il va sans dire qu’ils ne divergent point sur le principe d’allégeance. Il est tout aussi vrai que le silence observé jusque-là par le Mouvement populaire algérien (MPA) peut prêter à des interrogations quant à la position d’Amara Benyounès à l’occasion du scrutin.
Les interrogations ne sauraient cependant survivre longtemps maintenant que l’un des membres de l’Alliance, le FLN en l’occurrence, sonne le passage à l’action et à la concertation.
Et ce n’est point anodin de constater que la date de la réunion prochaine de l’Alliance soit annoncée par le premier responsable du FLN alors que le président de TAJ, Amar Ghoul, s’est contenté auparavant d’annoncer cette même réunion, mais sans fixer le jour de son déroulement. Le détail n’est pas insignifiant.
Il renseigne sur un retour à la hiérarchie établie au sein de cette même Alliance, qui a vu, courant décembre dernier, le FLN reléguer au second rôle par l’activisme mené par le chef de TAJ qui faisait la promotion de son offre politique portant organisation d’une conférence de consensus sous l’égide du chef de l’Etat. Mais les choses semblent s’améliorer au sein du FLN qui, après s’être doté d’une instance provisoire, coordonnée par Mouad Bouchareb, a réalisé un succès net à l’occasion des élections sénatoriales.
Et en s’accordant davantage de temps pour l’organisation de son congrès extraordinaire, désormais prévu pour l’après-scrutin présidentiel, le FLN tend à prioriser ses activités, qui seront centrées sur l’élection présidentielle d’avril prochain.
C’est dans ce sens que le coordonnateur de l’instance dirigeante du FLN, Mouad Bouchareb, a livré avant-hier, au siège du parti, l’ordre du jour de la réunion de samedi prochain au cours de laquelle il sera question d’adopter une «vision commune pour la suite».
«Nous sommes tous tenus de défendre le programme du président Abdelaziz Bouteflika, un programme devenu une référence dans la construction de l’Etat et une réalité indéniable», a-t-il fait savoir, tout en annonçant la mise en place d’une instance nationale de préparation de la prochaine élection présidentielle.n